En direct du marché

Suzanne, nouvelle adresse sucrée d’Antoine Siffrein-Blanc

Suzanne

Le bar de quartier a tiré le rideau au profit d’une pâtisserie. Voisin du marché du Prado-Castellane, Suzanne, le nouveau rendez-vous pour becs sucrés, piloté par Antoine Siffrein-Blanc, a accueilli ses premiers clients vendredi 16 avril dernier. « C’est avant tout une pâtisserie », prévient l’entrepreneur, également en charge des Halles de la Major. En vitrine, des gâteaux sagement alignés, tous baptisés au prénom de clients, amis voire de parents d’Antoine. Aux côtés de Pierre (une tarte aux framboises et concassée de pistaches), on retrouve Joseph (un Paris-Brest chou craquelin), Arnold (entremets choco-tonka), Denise (une fringante tarte au citron), René, Lucette, Louise etc.

Artisans de ces desserts colorés aux design dans l’air du temps, « deux soeurs pâtissières, ultra discrètes qui sont passées par les écoles Lenôtre et Valrhona avec une appétence très marquée pour le chocolat », glisse le maître des lieux qui conserve jalousement secrète leur identité. Chez Suzanne, Siffrein-Blanc a laissé libre cours à son goût pour la chine en pavant les sols de tommettes en pierre de Bourgogne et en ramenant du Bordelais de longues tables de ferme en bois. Deux bonnetières, de la vaisselle en faïence début XXe, des suspensions en terre cuite parachèvent ce décor destiné à réveiller les souvenirs d’autrefois.

Suzanne

Antoine Siffrein-Blanc, qui, de son aveu même, « raffole des concepts à double voire triple offre » a également souhaité apporter une offre salée, orchestrée par Jérémy Munoz, qui proposera « une carte retour du marché avec des produits bons pour la santé », selon les propres termes d’Antoine. Une terrasse sur le côté opposé à la rue Dr Escat, avec estrade de bois surélevée, entre deux palmiers, accueillera le public pour déjeuner dans une ambiance parasols fleuris et plantes dès que les restrictions sanitaires seront levées. En salle, Justine et Matias complètent le tableau, celui d’une équipe cool et au sourire facile. « C’est vraiment un quartier très sympa » glisse Antoine Siffrein-Blanc, visiblement heureux de cette installation.

Suzanne, la pâtisserie, 27, ave du Prado, Marseille 6e arr. Infos au 04 65 95 48 25.

6 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.