Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Magazine

Tourisme en Provence : un été 2020 « hors normes » pour les Bouches-du-Rhône

Cassis, le petit port a cartonné cet été
Pendant le confinement, les Bouches-du-Rhône ont été la destination repli des Parisiens avec + 79 % de nuitées des clientèles d’Ile-de-France entre le 17 mars et le 10 mai L’hôtellerie accuse en juin des performances économiques de -71% en juin 2020 par rapport à 2019 et en retrait de 27% en juillet 2020 par rapport à 2019   80% des professionnels du tourisme des Bouches-du-Rhône estiment que la fréquentation estivale a été “assez bonne” Le repli de la clientèle française vers les Bouches-du-Rhône a été un moteur de la fréquentation et un facteur majeur de la satisfaction des acteurs du tourisme pour 53 % d’entre eux Les nuitées touristiques françaises en juillet 2020 sont en hausse de + 16 % dans le 13 par rapport à 2019.
La fréquentation touristique dans les Bouches-du-Rhône durant les mois de juin, juillet et août 2020 restera dans les mémoires pour son caractère pour le moins atypique. Ce vendredi 28 août dernier, Provence tourisme, l’organisme en charge du tourisme dans le 13 a présenté les chiffres du tourisme de cet été marqué par la pandémie de la Covid-19. « Ce sera une année hors norme, a prévenu Danielle Milon, maire de Cassis et vice-présidente du conseil départemental en charge du tourisme, lors d’une conférence de presse. La saison touristique diffère des années précédentes dont on parvenait à tirer des bilans limpides et affichant des chiffres toujours positifs… En 2020, nous avons connu tous les extrêmes. Il y a eu la pèriode du tourisme aui point mort pendant le confinement. Puis il y a eu le lancement de la saison, le 2 juin, lorsque les restrictions liées aux 100 kilomètres ont été retirées. De ce paysage, certains professionnels ont tiré leur épingle du jeu et d’autres sont aujourd’hui dans une situation très, très délicate » a poursuivi Danielle Milon. A titre d’exemple, les hôtels haut de gamme sortent fragilisés quand, dans le même temps, les hôtels économiques et les locations chez l’habitant ont « limité la casse ».

Le Département décidé à soutenir le secteur
Au vu de la situation et comparativement à d’autres régions hexagonales, la saison sera qualifiée de « satisfaisante » par les professionnels du tourisme départemental. Mais Isabelle Brémond, directrice de Provence Tourisme tempère : – Nous arrivons aux mois de septembre et octobre qui sont, traditionnellement, l’apanage des clientèles étrangères qui représentent 15% des nuitées dans le département. Leur niveau de dépense est bien supérieur à la moyenne des dépenses de juillet et août. Avec les restrictions mises en place par la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, pour ne citer que ces pays, nous nourrissons les plus vives inquiétudes ».

Outre les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, les pros du tourisme du 13 mettent aussi l’accent sur les acteurs des mondes « sportif, culturel et événementiel particulièrement fragilisés » que le département et la métropole s’engagent à soutenir activement (lire ci-après). La saison du tourisme en Provence n’est pas terminée et l’épisode Covid-19 non plus.

tourisme en Provence Marseille
L’évolution de la fréquentation en juin-juillet et août a été plus positive à Marseille. 43% des professionnels estiment une fréquentation en
hausse à Marseille contre 18% hors-Marseille

Comment faire pour booster l’arrière-saison ?

Le Pass Séjours a été lancé pour dynamiser l’été indien dans les Bouches-du-Rhône : pour 1 nuitée dans un établissement marchand du 13 ou dans une location saisonnière professionnelle on vous offre un Pass d’une valeur de 100€. Ce Pass permettra aux résidents et visiteurs du département de pratiquer une activité de loisirs de leur choix : sport, culture, événements…
Le Pass Tables À l’occasion de La Grande Tournée Marseille Provence Gastronomie, 2 000 Pass Tables d’une valeur de 50 € seront à gagner et permettront de s’attabler dans l’un des restaurants partenaires MPGastronomie. En septembre, MPG part à la rencontre des habitants et des visiteurs dans le département avec une grande caravane gastronomique. Une sélection de restaurants attachés aux produits de saison et aux circuits courts participeront à l’opération et accepteront les Pass sur tout le territoire des Bouches-du-Rhône, en ville comme à la campagne. Liste des lieux participants sur myprovence.fr

tourisme en Provence Arles
Arles la culturelle souffre de l’annulation des férias

Le tourisme en Provence victime de « l’incivisme » ambiant

Unanimement, les Provençaux, particuliers comme professionnels, ont noté une explosion des cas d’incivisme. Jets de détritus n’importe où, envahissement dans les calanques de promeneurs qui fumaient ou écoutaient de la musique avec des enceintes portables, embouteillages monstres dans certains quartiers de Marseille, refus de port du masque… Les exemples sont légion. « Les policiers et gendarmes ont été à la peine, souligne Danielle Milon. Si on ne sévit pas, les « bons » touristes, iront ailleurs ».

Elus et responsables d’offices de tourisme ont fait part de l’organisation de soirées où la jauge des participants n’étaient pas réduite, où aucun geste barrière n’était respecté, aucun masque porté, les pots de gel hydroalcoolique absents. Ces soirées, souvent organisées à la hussarde ont été rapportées à la connaissance des élus qui s’étranglent : – Ces soirées ne sont souvent pas déclarées et c’est injuste par rapport aux entreprises qui s’acquittent de toutes les obligations, a affirmé Danielle Milon. Par leur comportement, elles contrecarrent les plans sanitaires que nous mettons sur pied. Nous avons besoin d’aide pour faire cesser tout cela car, au final, ce sont les professionnels du tourisme qui en paieront le prix ».

Fermeture des restaurants et bars à 23h. « Initialement, cette fermeture était prévue à 20 heures, dit Danielle Milon. Martine Vassal, présidente du conseil départemental et de la Métropole, et Renaud Muselier, président de la région Sud, ont ferraillé pour « gagner » 3 heures car en filigrane, il s’agit de sauver l’arrière-saison. Le ministre Véran me l’a affirmé : si les chiffres des contaminations baissent, on reviendra sur les horaires… C’est pour ça qu’il faut être intraitables avec les soirées sauvages qui doivent être éradiquées ».

Le cas arlésien. La ville de Patrick de Carolis a particulièrement souffert cet été et Jean-Pierre Bœuf, le Monsieur Tourisme d’Arles regrette l’annulation de la féria de printemps. « Cet été, j’ai noté une baisse de la dépense moyenne des touristes français. Avec les fermetures des frontières décidées par la Belgique et l’Allemagne, je ne suis guère optimiste pour les mois prochains, dit Jean-Pierre Bœuf. Pour ne rien vous cacher, la féria de septembre est des plus compromises ce qui sera terrible pour l’économie de la Camargue car un week-end de féria équivaut à un mois de fréquentation ».

Photos Arno Senoner, Alex Baumel et Lucas Miguel

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.