Magazine

Tourisme en Provence : un été 2020 “hors normes” pour les Bouches-du-Rhône

Cassis, le petit port a cartonné cet été
Pendant le confinement, les Bouches-du-Rhône ont été la destination repli des Parisiens avec + 79 % de nuitées des clientèles d’Ile-de-France entre le 17 mars et le 10 mai L’hôtellerie accuse en juin des performances économiques de -71% en juin 2020 par rapport à 2019 et en retrait de 27% en juillet 2020 par rapport à 2019   80% des professionnels du tourisme des Bouches-du-Rhône estiment que la fréquentation estivale a été “assez bonne” Le repli de la clientèle française vers les Bouches-du-Rhône a été un moteur de la fréquentation et un facteur majeur de la satisfaction des acteurs du tourisme pour 53 % d’entre eux Les nuitées touristiques françaises en juillet 2020 sont en hausse de + 16 % dans le 13 par rapport à 2019.
La fréquentation touristique dans les Bouches-du-Rhône durant les mois de juin, juillet et août 2020 restera dans les mémoires pour son caractère pour le moins atypique. Ce vendredi 28 août dernier, Provence tourisme, l’organisme en charge du tourisme dans le 13 a présenté les chiffres du tourisme de cet été marqué par la pandémie de la Covid-19. “Ce sera une année hors norme, a prévenu Danielle Milon, maire de Cassis et vice-présidente du conseil départemental en charge du tourisme, lors d’une conférence de presse. La saison touristique diffère des années précédentes dont on parvenait à tirer des bilans limpides et affichant des chiffres toujours positifs… En 2020, nous avons connu tous les extrêmes. Il y a eu la pèriode du tourisme aui point mort pendant le confinement. Puis il y a eu le lancement de la saison, le 2 juin, lorsque les restrictions liées aux 100 kilomètres ont été retirées. De ce paysage, certains professionnels ont tiré leur épingle du jeu et d’autres sont aujourd’hui dans une situation très, très délicate” a poursuivi Danielle Milon. A titre d’exemple, les hôtels haut de gamme sortent fragilisés quand, dans le même temps, les hôtels économiques et les locations chez l’habitant ont “limité la casse”.

Le Département décidé à soutenir le secteur
Au vu de la situation et comparativement à d’autres régions hexagonales, la saison sera qualifiée de “satisfaisante” par les professionnels du tourisme départemental. Mais Isabelle Brémond, directrice de Provence Tourisme tempère : – Nous arrivons aux mois de septembre et octobre qui sont, traditionnellement, l’apanage des clientèles étrangères qui représentent 15% des nuitées dans le département. Leur niveau de dépense est bien supérieur à la moyenne des dépenses de juillet et août. Avec les restrictions mises en place par la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, pour ne citer que ces pays, nous nourrissons les plus vives inquiétudes”.

Outre les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, les pros du tourisme du 13 mettent aussi l’accent sur les acteurs des mondes “sportif, culturel et événementiel particulièrement fragilisés” que le département et la métropole s’engagent à soutenir activement (lire ci-après). La saison du tourisme en Provence n’est pas terminée et l’épisode Covid-19 non plus.

tourisme en Provence Marseille
L’évolution de la fréquentation en juin-juillet et août a été plus positive à Marseille. 43% des professionnels estiment une fréquentation en
hausse à Marseille contre 18% hors-Marseille

Comment faire pour booster l’arrière-saison ?

Le Pass Séjours a été lancé pour dynamiser l’été indien dans les Bouches-du-Rhône : pour 1 nuitée dans un établissement marchand du 13 ou dans une location saisonnière professionnelle on vous offre un Pass d’une valeur de 100€. Ce Pass permettra aux résidents et visiteurs du département de pratiquer une activité de loisirs de leur choix : sport, culture, événements…
Le Pass Tables À l’occasion de La Grande Tournée Marseille Provence Gastronomie, 2 000 Pass Tables d’une valeur de 50 € seront à gagner et permettront de s’attabler dans l’un des restaurants partenaires MPGastronomie. En septembre, MPG part à la rencontre des habitants et des visiteurs dans le département avec une grande caravane gastronomique. Une sélection de restaurants attachés aux produits de saison et aux circuits courts participeront à l’opération et accepteront les Pass sur tout le territoire des Bouches-du-Rhône, en ville comme à la campagne. Liste des lieux participants sur myprovence.fr

tourisme en Provence Arles
Arles la culturelle souffre de l’annulation des férias

Le tourisme en Provence victime de “l’incivisme” ambiant

Unanimement, les Provençaux, particuliers comme professionnels, ont noté une explosion des cas d’incivisme. Jets de détritus n’importe où, envahissement dans les calanques de promeneurs qui fumaient ou écoutaient de la musique avec des enceintes portables, embouteillages monstres dans certains quartiers de Marseille, refus de port du masque… Les exemples sont légion. “Les policiers et gendarmes ont été à la peine, souligne Danielle Milon. Si on ne sévit pas, les “bons” touristes, iront ailleurs”.

Elus et responsables d’offices de tourisme ont fait part de l’organisation de soirées où la jauge des participants n’étaient pas réduite, où aucun geste barrière n’était respecté, aucun masque porté, les pots de gel hydroalcoolique absents. Ces soirées, souvent organisées à la hussarde ont été rapportées à la connaissance des élus qui s’étranglent : – Ces soirées ne sont souvent pas déclarées et c’est injuste par rapport aux entreprises qui s’acquittent de toutes les obligations, a affirmé Danielle Milon. Par leur comportement, elles contrecarrent les plans sanitaires que nous mettons sur pied. Nous avons besoin d’aide pour faire cesser tout cela car, au final, ce sont les professionnels du tourisme qui en paieront le prix”.

Fermeture des restaurants et bars à 23h. “Initialement, cette fermeture était prévue à 20 heures, dit Danielle Milon. Martine Vassal, présidente du conseil départemental et de la Métropole, et Renaud Muselier, président de la région Sud, ont ferraillé pour “gagner” 3 heures car en filigrane, il s’agit de sauver l’arrière-saison. Le ministre Véran me l’a affirmé : si les chiffres des contaminations baissent, on reviendra sur les horaires… C’est pour ça qu’il faut être intraitables avec les soirées sauvages qui doivent être éradiquées”.

Le cas arlésien. La ville de Patrick de Carolis a particulièrement souffert cet été et Jean-Pierre Bœuf, le Monsieur Tourisme d’Arles regrette l’annulation de la féria de printemps. “Cet été, j’ai noté une baisse de la dépense moyenne des touristes français. Avec les fermetures des frontières décidées par la Belgique et l’Allemagne, je ne suis guère optimiste pour les mois prochains, dit Jean-Pierre Bœuf. Pour ne rien vous cacher, la féria de septembre est des plus compromises ce qui sera terrible pour l’économie de la Camargue car un week-end de féria équivaut à un mois de fréquentation”.

Photos Arno Senoner, Alex Baumel et Lucas Miguel

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter