Art de vivre

Un bon bouquin pour un bon verre de vin

DSCN0310 - copieLe Liber et la Cave du Mérou, c’est avant tout la rencontre de deux univers : les vins et les livres anciens. Et de deux commerçants : Bernard Avella, libraire et antiquaire depuis une vingtaine d’années, et Nicola Mereu, caviste depuis 10 ans et accessoirement ex-cuisinier pour de grandes tables en Angleterre et à Lyon. Les deux compères ont inauguré leur établissement au concept plutôt novateur le 15 juin 2014, il y a un an, rue Edmond-Rostand.

Comment cette association inédite a-t-elle vu le jour ? Il y a de cela encore quelques mois, ces amis de longue date étaient encore voisins de commerce boulevard Notre-Dame, soit à quelques encablures de leur nouvelle adresse. Bernard Avella entend déménager sa boutique, changer d’air et espère-t-il, trouver un endroit plus propice aux affaires. Il trouve alors un local rue Edmond-Rostand, au demeurant parfait mais bien trop grand pour n’accueillir qu’une seule échoppe. Ni une ni deux, Bernard propose à Nicolas de se joindre à lui, ce dernier accepte volontiers. « Le concept bibliothèque, cave à vins, et galerie d’art a plu immédiatement à tout le monde » confie Bernard. Le partage du territoire est bien marqué, à gauche la librairie, à droite la cave à vins.

caviste merouChacun son monde
Mais la séparation s’arrête là. « C’est l’avantage de travailler à deux, on s’entraide, c’est une belle émulsion ! » explique Nicola. Quand Bernard organise un vernissage, ce sont les vins de Nicolas que les convives savourent. La boutique est en constante activité, des ateliers dégustation ont lieu régulièrement, ainsi que des expositions et des brocantes quatre fois par an. Mais revenons à nos raisins, Nicolas propose près de 160 références, des vins de vignerons locaux et étrangers à l’instar de ce rouge italien Barolo de Giovanni Rosso. Les prix des bouteilles oscillent entre 7€ et 160€, de quoi satisfaire toutes les bourses. Une gamme de whiskies verra le jour au mois de septembre. Coté épicerie fine, en cuistot averti, Nicola fait la part belle à la gastronomie méditerranéenne. On y trouve de tout, des pâtes de Naples, en passant par des sardines du Portugal, ou du vinaigre balsamique 8 ans d’âge. Petit plus pour ceux qui ne connaissent pas, la bière de la Plaine, une blonde légère et rafraîchissante produite  dans le quartier éponyme. Maintenant, à vos bouquins et verres de vin !

Kevin Dachez (photos K.D.)

La Cave du Mérou, 9, rue Edmond-Rostand, Marseille 6e ; infos au 04 91 58 04 80.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter