En direct du marché

Vous aimez les pastèques ? Ne vous en privez pas !

L’été est la saison la plus propice à la consommation de fruits frais, notamment en raison de leurs vertus hydrantes. Parmi les nombreuses variétés disponibles sur les marchés, il en est un qui répond parfaitement aux envies de fraîcheur estivales : la pastèque.
Ce fruit également appelé melon d’eau, contient 92% d’eau ce qui fait de lui un aliment particulièrement désaltérant. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir en Grèce ou en Italie des vendeurs de pastèque aux coins des rues, proposant aux passants une part de pastèque comme rafraîchissement. Dans notre région, ils arpentent les plages et en proposent des parts déjà coupées. Si vous fréquentez les calanques de Cassis, les vendeurs de pastèques croisent sur des petits canots à moteur pour approvisionner tous ceux qui bronzent sur les pierres plates.

En plus de ses vertus désaltérantes, la pastèque a l’avantage d’être très faiblement calorique. Avec seulement 30 kcalories aux 100g, soit moins que la fraise, elle peut être dégustée à tout moment de la journée sans faire craindre les kilos en trop. Pourtant, la pastèque garde une saveur sucrée, en raison notamment de la présence de saccharose et de fructose, deux composants à fort pouvoir sucrant.
D’autre part, la pastèque apporte de la vitamine C (11mg aux 100g), des vitamines B1 et B6 ainsi que de la provitamine A, qui permet notamment de garder une peau en bonne santé et qui facilite le bronzage.

Fresh water melons
Bien glacée, la pastèque est comparable à un sorbet… Mais elle est plus diététique !

Comment les choisir ?
Pour choisir les pastèques les plus sucrées, il faut les choisir assez grosses, sachant que selon les variétés, elles pèsent de 3 à plusieurs dizaines de kilos. Une fois en main, la pastèque doit être lourde, et ne pas sonner « creux » après avoir frappé légèrement sa peau. Si la taille des pastèques empêche souvent les consommateurs vivant seuls ou à deux d’en acheter, les commerçants les proposent de plus en plus dans des tailles plus réduites, coupées en deux ou en quatre. Il est alors préférable de choisir des morceaux à la chair bien rouge. Enfin, il est à noter qu’il existe des variétés de pastèque sans pépins.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.