Restaurants en Provence

Au Verre levé à Aix, Aznavour tu chanteras, du bon vin tu boiras

Alexandre a pris quelques jours de vacances et a confié à Ferdinand la tenue de sa « cave à manger » de la rue Granet à Aix. Bien lui en a pris, car Ferdinand partage le même esprit et la même conception du bistrot à la française qu’Alexandre. La preuve, trois britanniques au coude leste, adossées au comptoir s’amusent, trinquent et se régalent sans bouder leur plaisir. Et elles ne sont pas les seules : en ce samedi midi, le Verre lévé affiche complet et le tonneau qui sert de table d’appoint à l’extérieur est pris d’assaut. Verre levé
A l’intérieur, ça braille « la Bohème » d’Aznavour, le premier verre est un lointain souvenir et la bonne humeur ruisselle de l’ardoise : œuf dur gratiné, caillette rôtie, pâté en croûtes des frères Bianco, huîtres creuses n°2, saucisson à cuire à l’asiatique (cajou, gingembre, coriandre), poulpe, maquereaux ou saumon fumés… de bonnes choses qui répondent bien à l’esprit gourmet d’un samedi midi.

De l’apéro au dessert une « bouteille de blanc qui goûte bien le caillou », un saumur 100% chenin estampillé le Manoir à tête rouge 2018, cuvée « l’Enchentoir », s’habille d’une étiquette bleue. Un kiff 100% minéral qui va vous plaire. Ensuite, on laisse parler le pâté en croûte coupé en quatre façon apéro. Le sérieux des troupes débarque : côte de porc du Ventoux AOP et saucisse partouze. Une saucisse partouze en ces temps de Saint-Valentin, ça veut dire une saucisse faite de toutes les farces restantes, un joyeux mélange qui nous offre une saucisse souple et appétante, à la peau craquante. La côte de porc du Ventoux AOP mériterait à elle seule un anthologie de 50 lignes tellement son gras à manger est croustillant, fondant, baigné dans une crème de champignons de Paris que l’équipe a baptisée, à tort, duxelle.
Tarte aux agrumes, brownie cacahuètes-amandes et saint-Marcelin ? Rien car il n’y a plus de dessert. Profitant de la présence du fils Weibel dans le bistrot, Ferdinand enfile vite la veste et court à la pâtisserie mauve justement, et en rapporte un castel. Incroyable ce castel, on en dévorerait des tonnes tant il est léger et sa crème au beurre parfaite. Dommage que l’accueil soit souvent minable chez Weibel car les pâtisseries sont certainement parmi les meilleures d’Aix.

Alors faut-il aller au Verre levé ? Mais oui bien sûr car vous y chanterez les Beatles, Aznavour et Sardou du comptoir jusqu’aux trois tables. Oui car on y mange des choses simples mais de bon goût, loin de l’ambiance lissée qui a fait d’Aix une ville sans aspérité ni caractère. Oui car la carte des vins est parfaite et le sommelier, qui mérite un voyage à lui seul, n’est ni assomant ni ronflant. Oui, enfin car le café Mana y est très bon et le rapport qualité-prix parfait.

Au Verre levé, 15, rue Granet, 13100 Aix-en-Provence ; infos au 04 86 31 08 15. Carte 25 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.