Carnet de cave

Voilà Vé boulevard Chave, les vins bio c’est leur nature !

Voilà Vé

« Tous les vignerons et leurs bouteilles qui sont ici témoignent d’un engagement sincère ». Derrière le comptoir pour lui, en salle pour elle, Victor Million-Rousseau et Alix Huguet racontent leur passion pour le vin, le service et le partage. Dans ce « bar à vins et bar à tapas » comme il aime à le décrire, le duo de Voilà Vé fait la promotion des vins nature, bio et biodynamiques « et nos tapas sont cuisinées maison, à l’exception de nos charcuteries et fromages fermiers dont on est très fier » glisse Victor.
Le couple de trentenaires « défend » les vins propres « parce que c’est bon pour la planète, les sols sont préservés des intrants et la biodynamie revitalise les écosystèmes… Pour travailler dans les vignes, un cheval, c’est toujours mieux qu’un tracteur », avance Alix. « Le bio, ça préserve la santé des consommateurs et celle des producteurs. Et moins il y a de produits phytosanitaires, au mieux on se porte » enchaîne Victor.

Tout au long de l’année, le binôme parcourt les salons, le vignoble et invite des vignerons chez Voilà Vé ; une grosse vingtaine de rencontres qui permettent de tisser des liens et de raconter des histoires aux clients « en quête d’humain ». Si, pour certains, le bio se limite à une approche marketing, il est la face émergée d’un iceberg pour Victor et Alix qui aiment raconter ces petites histoires qui font les grands vins. « Nos clients sont des habitants du quartier, des habitués, ils sont notre meilleure publicité. Nous sommes l’adresse des premiers rendez-vous, puis des jeunes couples qui viennent avec leurs potes, puis celle des familles et des copains » sourit Alix Huguet.

Un bar à vins en mouvement
Des expos régulières d’artistes sont organisées « sur le grand mur bleu-corinthe » et reflètent le goût des patrons pour les arts plastiques, « ça change le décor et nous on adore ça, ça permet de mettre en lumière des artistes émergents » dit Victor Million-Rousseau.
Des changements qui accompagnent une carte de tapas d’esprit méditerranéen, des panisses fenouil-pastis, un homos fenouil-pastis, de la crème de sardines aux herbes fraîches et des croque chèvre-poire-miel très populaires à l’instar des croque poivron-féta-pesto. « Nous proposons une centaine de références auxquelles s’ajoutent une carte de champagnes, des cocktails composés à partir des produits de la gamme Lachanenche et des bières à la tireuse », sourit le patron de Voilà-Vé. Une adresse toujours en mouvement…

Voilà Vé, 100, bd Chave, Marseille 5e ; infos au 04 91 53 51 18. Fermé dim. et lun. Terrasse et patio.

Voilà Vé

Voilà Vé, une carte à déguster selon les goûts et l’humeur

Titulaire d’un master en industrie du tourisme, Alix Huguet a connu Victor Million-Rousseau en novembre 2019, « une semaine après l’ouverture de Voilà Vé » se souvient celui qui a longtemps travaillé avec Céline Zampa, à la Réale, sur la place aux Huiles. Dès la première heure, Victor et Alix ont voulu « démocratiser le vin, lutter contre les snobismes et rassurer les clients » avec un seul mot d’ordre : le vin c’est pour tout le monde. Victor et Alix ont donc organisé leur carte autour des notions d’intensité et de puissance. « On commence par les désaltérants, des vins de soif en trois couleurs avec un vin orange. Il y a, ensuite, les appétissants, qui invitent au grignotage, toujours en trois couleurs et toujours proposés en vin au verre. Et puis il y a les gourmands, plus puissants, tanniques pour les rouges, gras et opulents pour les blancs… » Sans oublier la gamme des « exceptionnels » réunissant pêle-mêle des nuits-saint-georges, des côtes-rôties, des condrieux…

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux