Art de vivre

Pour sauver son patrimoine, la ville d’Apt joue la carte gastronomique

Il y a la Française des Jeux pour venir au secours du patrimoine et, à Apt, il y a 3 cuisiniers qui organisent un repas. Afin de préserver son patrimoine et de le valoriser, la maire d’Apt, Dominique Santoni, avance l’argument gastronomique afin de mobiliser les ressources nécessaires à la restauration des tableaux du choeur de la cathédrale. A ce titre, la Ville d’Apt organise un dîner de gala caritatif, samedi 16 juin à 19h30 au Musée d’Apt, place du Postel. L’édile a envoyé un courrier (ci-dessus) afin de mobiliser personnalités et ardents défenseurs du patrimoine et fédérer les énergies. Le lendemain, dimanche 17 juin, un pique-nique gastronomique ouvert à tous s’organisera dans le parc de la ville. Les trois chefs étoilés du Pays d’Apt, Edouard Loubet de Capelongue, Xavier Mathieu du Phébus et Lloyd Tropéano du Bistrot de Lagarde d’Apt, ont promis d’être présents pour la préparation de ce repas gastronomique, qui sera concocté avec des produits locaux d’excellence ; au menu, en amuse-bouche, une fleur de courgette ; le repas débutera par une truffe en croûte. Le plat, un agneau sur tian de légumes confits, précédera un plateau de fromages ; le dessert, une fraîcheur de fenouil au fruit confit d’Apt, cacahuète caramélisée et lait caillé à l’aneth clora le repas accompagné de vins en trois couleurs.

La cathédrale d’Apt réunit une grande variété d’objets : art textile, céramiques, coffrets et verreries dorés et émaillés… Le trésor de la cathédrale compte parmi les plus beaux de la région Paca en raison des pièces, des oeuvres, des ouvrages rarissimes et remarquables qui le constituent, notamment une pièce à l’histoire exceptionnelle : le voile de Sainte-Anne. Implantée au coeur du centre-ville, ce monument historique rassemble de nombreux styles architecturaux au sein d’un même espace. De style baroque sur une infrastructure romaine, le bâtiment comporte des phases architecturales successives. Des styles allant de la période carolingienne au XIXe siècle.

Samedi 16 juin 2018 à 19h30 ; tarif : 140 € par personne (avoir fiscal de 60€). Infos au 04 90 74 78 42.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.