Restaurants en Provence

Avec la Piscine, Florent Manaudou ouvre un restaurant et plonge dans le grand bain

florent manaudou georgiana le Grand PastisC’est l’événement people et gastronomique de l’été : Florent Manaudou vient d’inaugurer son premier restaurant, la Piscine. En lieu et place de l’ancien Crystal, sur le quai de la mairie, le champion olympique a voulu un restaurant tout carrelé de bleu, ambiance bords de bassins garantie. « En réalité, nous sommes quatre copains dans cette aventure, corrige immédiatement Manaudou. Il y a Jean-François, Momo et Yohann. On avait envie d’un lieu qui nous ressemble ». Arrivé à Marseille il y a 5 ans, Florent Manaudou y a acheté sa résidence dans le 6e arrondissement, il y a presque 2 ans : « Cette ville me plaît, acheter un appartement ne me suffisait pas, je voulais m’y impliquer plus encore ». C’est l’ami Jean-François, épicurien patenté, qui a présenté Georgiana à ses trois amis : « C’est grâce à Georgiana que la clientèle va venir, avertit le nageur. La renommée d’un restaurant doit plus au nom de son chef qu’à celui du propriétaire ». Yohann qui déjeunait à la table voisine a fini son repas, il vient partager le café. Florent Manaudou complète : « Elle marie les choses avec ingéniosité et ça signe sa personnalité. Elle me fait découvrir de nouvelles saveurs à chaque fois ». Avec une évidente humilité, Florent Manaudou poursuit : « Comme tous les sportifs, j’aime les challenges, ce restaurant en est un. J’ai découvert la guitare il y a un an, je fais de la moto… C’est bien d’avoir plusieurs centres d’intérêt ».

A la Piscine, alors, faut-il y aller ?

Vous aimerez tout l’esprit d’a propos qui habille le concept : sur chaque tee-shirt du personnel, bronzé, musclé, tatoué, on retrouve le sigle des MNS, Maître-nageur sauveteur, détourné en Maître-nageur serveur. Oubliez les entrées, plats et desserts, la carte s’articule sur des Petit bassin (25m), Bassin olympique (50m), des suggestions pour grimper à l’échelle et des desserts pour le Plongeoir. Georgiana est en forme et signe une carte pleine d’idées : oeufs mimosa-poutargue, anchoïade, panisses au thym. Eté oblige, la burratina « fleur de lait » s’éclaire d’une betterave jaune, d’un coulis de tomate ananas et d’huile de menthe. Plus consistant, le filet mignon de porc, cuit rosé, peau croustillante à la fève tonka, se nappe d’une mousseline de carottes et la canette des Dombes au miel-à l’orange d’un risotto au safran. La cuisine est vive (ceviche de thon mariné au citron et lait de coco) et ensoleillée (tartine au caviar d’aubergine et filets de sardine marinées aux épices orientales). La partition méditerranéenne tourne à fond. Un dessert ? Les abricots rôtis chantilly mauresque ou la salade de fruits rouges devraient convaincre.
A la différence de la majorité des autres restaurants marseillais, ici, les assiettes sont généreuses, les portions pensées pour apporter de la joie. En cuisine, Maki Manoukian, Makka Vatchkaieva, Philippe Sofietti et Mohamed Hassan se démènent pour servir des assiettes irréprochables. Allez-y, vous y croiserez tout le Cercle des Nageurs qui en a déjà fait un des spots de l’été.

La Piscine, 148, quai du Port, Marseille 2e arr. Carte : 30-35 €. Résas au 04 91 89 53 54

Bonus : et la pizza du Cercle des Nageurs, elle est bonne ?

15 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

Concerts à la Mirande L’hôtel avignonnais accueille des concerts de musique classique avec des musiciens, habitués à se produire dans les plus grandes salles de concert. Une coupe de champagne est servie à l’entracte et, pour ceux qui le désirent, la soirée se prolonge autour d’un dîner au restaurant de La Mirande. Le prochain concert aura lieu le vendredi 18 janvier à 20h : Bach, Suite pour violoncelle ; Schulhoff, Duo pour violon et violoncelle ; Mieczysław Weinberg, Suite n°1 pour violoncelle avec Philippe Graffin (violon), Raphaël Wallfisch (violoncelle).
Mercredi 13 février, 20h, Mozart « A vous dirais-je, Maman » KV 265 ; Korngold , « Much ado about nothing », violon et piano ; Ysaye, sonate pour violon seul, opus posthume ; Schedrin, Three funny pieces pour trio avec piano Schnittke, quintette avec piano. Les artistes conviés ce soir-là : Philippe Graffin (violon), Erik Sluys (violon), Pierre-Henri Xuereb (alto), Jeroen Reuling (violoncelle), Katsura Mizumoto (piano).
Concert seul avec une coupe de champagne à l’entracte : 40 € ; concert suivi de dîner : 150 €.
À 16 heures, concert suivi d’un thé et pâtisserie au salon de thé : 40 €. Infos au 04 90 14 20.

3e festival truffes et vins Rhonéa Les samedis 19 janvier, 9 et 23 février seront dédiés à la truffe noire sous toutes ses formes. Au programme : cavage dans les truffières partenaires de la cave, découverte du marché aux truffes de Richerenches, l’un des plus importants marché d’Europe, et déjeuner gastronomique « tout à la truffe » accompagné d’une dégustation des cuvées au Dolium, le restaurant de la cave coopérative de Beaumes-de-Venise. Sur réservation, places limitées : 100 € / personne (visite du marché, cavage, dégustation et repas truffes compris). Infos auprès de Marine au  04 9012 41 15.