Restaurants en Provence

A Cassis, la brasserie du tennis, comme une paillote avec vue sur mer

brasserie du tennisC’est terrible janvier, coincé entre les fêtes de la fin d’année précédente et les vacances de février, c’est le mois interminable où les nuits semblent tomber toujours trop tôt et les journées s’éclipser trop vite. C’est aussi le mois des bonnes résolutions, rarement tenues et des crises de confiance en soi qui en découlent… Alors ce week-end, on prend le cap vers Cassis et sa presqu’île. Mer d’un côté, mer de l’autre, Canaille au loin et un merveilleux ciel bleu lorsque souffle le mistral. Ce n’est pas au restaurant mais sur la terrasse de la « brasserie » voisine qu’on tirera la chaise. Vous y croiserez les Cassidains qui aiment à s’y réfugier, accueillis par une équipe jeune qui oublie sa timidité lorsque les visages sont familiers…
D’une table l’autre, on se raconte la dernière soirée à la Marine sur le port ou au Big Ben. Les gosses jouent devant la terrasse pendant que tintent mauresques, pastis et autres jus de tomate. L’ardoise est assez limitée, c’est bon signe. Elle se compose de « légèretés » grand format (carpaccio de boeuf, tartare de saumon, salades de chèvre ou poulpe mariné) et de plats familiaux (pieds-paquets, cannelloni brousse-épinards, parmentier du moment).

Les tablées de copains se partagent la salade d’artichauts frits à l’ail, croustillants, légèrement aillés. Ils sont posés sur un mesclun parsemé de tomates séchées et fraîches, jambon cru et cubes de feta. Original mais très réussi. Idem de cette plantureuse escalope milanaise accompagnée de frites et d’un mesclun très bien assaisonné. Ça respire l’été même si les tomates ne sont guère en forme en ce mois de janvier. Sur la table défilent des loups grillés qu’on arrose de jus de citron et un carpaccio lui aussi escorté de son mesclun et de ses frites. A 14 heures, le soleil tient encore chaud et l’odeur des expressos se fait sentir. Un baba très généreusement imbibé de rhum nous fait oublier bien ses soucis ; on récupère la chantilly pour la plonger dans l’expresso… Un délicieux affogato de dernière minute. Le flan maison est irréprochable.

Alors faut-il y aller ? Oui mais pensez à réserver auprès de Thomas car les services sont pris d’assaut. Oui pour le cadre, les facilités de parking et cet esprit guinguette qui nous repose du cérémonial des restaurants de ville. Oui car la cuisine travaille bien : il n’y a aucun génie dans les assiettes mais les cuissons sont convenables, les assaisonnements sans reproche et les quantités honnêtes. On aime les desserts (indétrônable tiramisu, classique tarte chocolat) qui sont conformes au lieu. En résumé ? Une paillote de bord de mer où on vient entre amis pour passer un bon moment sans se poser de question avec le sentiment d’avoir été respecté…

Brasserie du tennis de Cassis, la presqu’île, infos au 04 42 01 31 71. Carte 30 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

 Arles, une nouvelle chef au Chardon A la suite de l’excellent accueil réservé à Ruba Khoury en 2018, l’équipe du Chardon est toute heureuse de recevoir ces mois de mars et avril Leatitia Carion, chef française qui a le voyage dans le sang.  Après avoir fondé à Londres son famous Pop-up Bao Bun Foodtruck, elle se pose à Arles pour le printemps avec une carte très inspirée par l’Asie. Tiradito thon version Nikkei, moule-vinaigre de pomme-aubergine schezuan basilic ou poulet karaage sauce XO-gochujang-pickles et tarte tatin-beurre miso figurent parmi ses plats signature. Premier soir du pop-up le 28 février. Chardon, 37, rue des Arènes à Arles, tarifs : 29 € (déjeuner) et 39 € (soir). Résas au 09 72 86 72 04. Ouvert du jeudi soir au lundi soir et du vendredi au lundi midi. (12h30-14h30).

Peter Fischer chez Chicoulon La cave annonce sa prochaine soirée dégustation avec Peter Fischer, vigneron emblématique du château Revelette à Jouques. Dans une ambiance conviviale et décontractée, Peter présentera ses différentes cuvées : 3 blancs, 3 rouges et 1 liquoreux. Des vins de copains, de gastronomie mais surtout de passionnés. Spécialement pour cette occasion, Peter ouvrira également quelques vieux millésimes de ses plus grandes cuvées issues de sa cave personnelle. Côté cuisine, Tomi, incontournable chef du Chicoulon, cuisinera des tapas qui s’accorderont à merveille avec les vins dégustés. Jeudi 28 février au 59, rue Grignan (Marseille 6e), Formule: 45 € / personne sur réservation au 04 91 33 46 59.

Le GP sur les réseaux