Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Art de vivre

Les 5 adresses les plus cruellement sélect de l'été 2016

Pour être riche en sites et monuments touristiques de qualité, la Provence recèle aussi quelques pépites répondant aux canons du luxe contemporain. Dans une sélection amusante et partiale, nous nous sommes amusés à dresser le Top 5 des adresses luxe dans un rayon de 100 kilomètres autour de Marseille. Sachant que le haut-de-gamme n’est pas le luxe, quelle est selon vous la sélection idéale ?

La plus familiale : la Villa Madie
Un peu à l’écart du village de Cassis, ce restaurant 2 étoiles au guide rouge est tenu par le couple Droisneau. Dimitri, pur produit des brigades de palaces azuréens, met en scène des produits d’exception avec une précision impressionnante. Marielle, d’origine aveyronnaise, a le sang hôtelier qui coule dans les veines. Sens de l’accueil, parking privé et protégé, belles voitures et vue sublime sous le cap Canaille… l’harmonie parfaite entre site et assiette.
Lire aussi ici

Villa Madie le Grand PastisPhoto © Antoine Duhamel

La plus jeune : le Domaine de Manville
Cette propriété n’appartient pas à un groupe coté en bourse ; Manville est tenu par la famille Saut qui a voulu qu’ici chaque client se sente chez lui. Un spa, un golf, une hôtellerie répondant aux standards contemporains, il y a de fortes chances pour que vous tombiez amoureu(se)x du site qui a fait de la préservation de l’environnement un leitmotiv quotidien. Table simple mais bien tenue, bistrot, pâtisseries de bon aloi. Vous vous garerez entre Ferrari et Maserati.
Lire aussi ici

piscine domaine de Manville le Grand PastisPhoto © Camille Moirenc

La plus sportive : le Grand Hôtel du Castellet
Christophe Bacquié est arrivé dans cet hôtel-restaurant en 2009. Un an plus tard, il offrait à sa nouvelle maison une deuxième étoile, facilitant l’entrée de ce complexe hôtelier pour millionnaires et milliardaires, dans le cercle très fermé des Grandes Tables du Monde en novembre 2011. Ici, vous croiserez tycoons de l’industrie et de la finance passionnés par les bagnoles. Entre le Grand prix de Monaco et une autre épreuve dans les émirats, le Grand Hôtel du Castellet a su se faire une place.
Lire aussi ici

grand hotel castellet le Grand PastisPhoto © DR

La plus mythique : Baumanière
On a tout dit, tout écrit sur cette maison administrée par la même famille depuis sa fondation en 1945. Membre de l’élitiste comité Colbert, Baumanière est porté par Monsieur Jean-André Charial et son épouse Geneviève. L’homme inspire le respect à l’instar de la cuisine 2 étoiles de son chef Glenn Viel à qui l’on doit le retour à la carte de la fameuse « Mousse de rocher » en hommage à Raymond Thuillier, le grand-père de Jean-André Charial. Le Val d’Enfer, un écrin de passion et d’amour.
Lire aussi ici

oustau de baumaniere le Grand PastisPhoto © DR

La plus personnelle : le Petit-Nice Passédat
Encore une institution familiale. De la grand-mère Lucie, ancienne chanteuse lyrique, à Gérald, 3 générations se succèdent dans cette villa grecque acquise par Germain en 1917. Année après année, l’adresse est montée en gamme. Jean-Paul hissant le Petit-Nice à 2 étoiles. Quelques années après le passage de relais, les « 3 mac » tombent en 2008. Depuis, Gérald en appelle au peintre Gérard Traquandi, à l’architecte Rudy Ricciotti, à Thierry Lombardi et Pascale Bartoli pour composer un univers, son univers.
Lire aussi ici

petit nice le Grand PastisPhoto © Richard Haughton

4 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.