Magazine

A Roubine, Valérie fait marcher tout le monde à la baguette

chateauroubinePour la 6e édition du Festival Voix en Vigne, le château Roubine accueille l’Orchestre symphonique de la radio et télévision de Moldavie, dirigé par le chef d’orchestre Henri Gallois, qui a dirigé jadis les musiciens de l’orchestre du Capitole de Toulouse et de l’Opéra de Lille. Mercredi 9 juillet, l’orchestre sonnera Ouverture pour fête académique de Brahms avant de jouer la Symphonie du Nouveau Monde d’Anton Dvorak.
Vendredi 11 juillet, pour la soirée d’anniversaire du château, l’orchestre sera accompagné des chœurs des chorales de Lorgues et d’autres villages varois, soit 130 choristes en tout. Sur la scène, 180 musiciens et chanteurs interpréteront Capriccio Italien de Tchaïkovsky puis Carmina Burana de Carl Orff, en version originale.

Château Roubine a été racheté en 1994 par Valérie Rousselle qui, en 20 ans, a développé une offre oenotouristique conséquente (une maison d’hôtes, un sentier vigneron, des cours de cuisine provençale, de nombreses expositions et concerts). Côté viticole, le château appartient aux crus classés de Provence et les cuvées Inspire et Terre de Croix ont relancé sa réputation depuis quelques millésimes.

Château Roubine, RD 562, 83510 Lorgues. Festival Voix en Vigne : 35 € par personne.
Réservations : contact@chateauroubine.com et 04 94 85 94 94.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.