Art de vivre

Les Anguillades de Saint-Chamas, en route pour la 7e édition

Anguillades de Saint-Chamas

« Nos Anguillades seront un jour aussi réputées que les oursinades de Carry  » confiait l’an dernier au Grand Pastis Didier Khelfa, le maire de Saint-Chamas. Que l’édile se rassure, les Anguillades de Saint-Chamas nées voilà 7 ans, sont déjà entrées dans le patrimoine. La preuve : plusieurs milliers de participants sont attendus dimanche 9 octobre prochain pour une 7e édition. Et cette année encore, cette « journée festival » permettra de (re)découvrir l’anguille, produit phare de la pêche locale.
La pêche de l’anguille, devenue produit phare de la production locale, est apparue principalement à la fin des années 60. Le calendrier des pêcheurs est rythmé par deux temps forts annuels, imposés par la réglementation européenne sur la pêche à l’anguille. La période automnale de septembre à octobre, étant la plus importante. L’amélioration de la qualité des eaux de l’étang induit une amélioration de la qualité du poisson, unanimement reconnue. Les anguilles sont plus grasses et savoureuses que les spécimens pêchés en mer car elles contiennent beaucoup de microplancton. Une situation qui redonne le sourire aux pêcheurs qui envisagent désormais l’avenir avec optimisme.

L’anguille est un poisson dont la silhouette ressemble à celle d’un serpent, dont le corps est recouvert d’un abondant mucus la rendant difficile à saisir. Or c’est un poisson gras riche en Oméga3 et peu calorique (230 Kcal pour 100 g) qui se cuisine en matelote, à la provençale, en friture… Un trésor encore bien rare à la carte des restaurants. Chaque année, l’événement est parrainé par une personnalité locale et dimanche 9 octobre, c’est Guillaume Sourrieu, chef de l’Epuisette à Marseille qui confiera son goût pour l’anguille.

Au menu
L’espace démonstrations culinaires. Trop peu de restaurateurs affichent l’anguille à leur carte. La dégustation proposée à l’occasion des Anguillades de Saint-Chamas permet aux amateurs d’anguilles de renouer avec des recettes originales et pour les autres, de vaincre leurs a priori. Bières et vins locaux accompagneront les dégustations.
L’espace restauration. Des bars-restaurants s’installent autour du port de pêche et proposent des menus à base d’anguille et de produits de la mer. Grillée, fumée, persillée ou servie en matelote, l’anguille est servie sous toutes les formes. Il vous suffit de vous installer à table et de déjeuner entre copains ou en famille dans une ambiance de fête de village.
La Rue des Artisans. Elle réunit quantité d’entreprises locales artisanales qui commercialisent leurs gammes de bières, vins, charcuteries, miels etc.
Pour les minots. L’espace des Petites Anguilles sera dédié aux animations pour les enfants sur le thème de la mer et des océans, et la base nautique proposera des sorties sur l’étang de Berre pour les plus sportifs.

Les Anguillades de Saint-Chamas, dimanche 9 octobre à partir de 10h sur le port de pêche du Pertuis ; entrée gratuite et restauration sur place. Parkings place de la Sente et plage des Cabassons.

Photo archives Cook and Shoot

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter