Magazine

Arnaud Payet, directeur de la Résidence du Vieux-Port : « Je suis un couteau suisse »

Arnaud PayetArnaud Payet est le directeur général de l’hôtel de la Résidence du Vieux-Port et de son restaurant le Relais 50. Né à Troye, dans l’Aube, il y a 45 ans, il est le fils d’une maman champenoise et d’un père réunionnais. Payet confesse non sans humour qu’il a été « élevé au rhum et au champagne. Je suis arrivé à Marseille il y a 3 ans, dans cette ville où je n’avais jamais mis les pieds » poursuit-il.  Arnaud Payet a travaillé à l’hôtel de Crillon et au Grand Véfour à Paris. Majordome pour une baronne dans son château du pays d’Aix, cet ancien élève sorti major de sa promo de l’école hôtelière de sa ville natale a aussi été le majordome d’Alain Juppé, alors Premier ministre, à l’hôtel de Matignon en 1995 et 1996, dans le cadre de son Service national : – Ce fut une très belle école, parmi mes plus beaux souvenirs » dit-il en souriant.

Arnaud Payet est venu à Marseille sans connaître ni la ville ni l’hôtel, seulement parce qu’il a eu un excellent contact avec son propriétaire, Marc Boré. « Cet hôtel est avant tout une maison familiale, indépendante de tout groupe offrant la plus belle vue de Marseille, assure-t-il avec enthousiasme. J’ai vécu mon installation ici comme un défi à relever : celui de réveiller la belle endormie ». Intarissable sur les anecdotes de cette vénérable maison édifiée en 1953, il raconte avec un plaisir évident à tous ses clients les grandes dates de cette saga familiale et hôtelière. « Je fais comme tout le monde, je regarde Trip Advisor chaque matin et je ne crois pas ceux qui disent ne jamais le faire, dit Arnaud Payet. Je prends la peine de répondre à chacun de nos clients, je me vois comme un maître de maison, je suis un couteau suisse qui change de casquette toutes les 5 minutes« .

Les 3 adresses d’Arnaud Payet
Il assure consommer local et joint les actes à la parole : on croise Arnaud Payet faisant son marché à Noailles, à la boucherie Fontange dans la rue éponyme… Voici quelques unes de ses adresses fétiche…
« Les Akolytes, c’est un restaurant que j’aime beaucoup car j’y passe toujours de bons moments de convivialité. Les produits sont frais, de saison et les tapas se présentent sous forme d’assiettes dînatoires, c’est un restaurant où on mange, on ne grignote pas. C’est une cuisine qui me parle, très créative »…
41, rue Papety, Marseille 7e arr. Infos au 04 91 59 17 10.

« Ma deuxième adresse est celle d’un parfumeur, un créateur marseillais à qui j’ai donné une feuille de route pour l’hôtel. Il a imaginé des gammes de parfums, capillas, savons, gels douche. Personnellement, je porte ses parfums, Marvic III et Quai 5 ».
La Compagnie marseillaise, 14, rue Caisserie, Marseille 2e arr. Infos au 06 20 75 49 61.

« Clin d’oeil à l’une de mes connaissances, Julien Blanc est le mari d’une de mes amies. Il n’a pas de boutique et fabrique des cuggiulelle, ce sont des biscuits corses. J’en mange beaucoup, trop même mais ils sont si bons. On les trouve un peu partout à Marseille, ce sont des petits biscuits secs carrés qui accompagnent le café. A l’hôtel, on les propose en sachets de 50g dans le mini bar de chaque chambre »…
Cuggiulelle Saravelli. Infos au 06 27 25 29 49.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.