Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
2e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Au Mx Pernod-Ricard, Emmanuel Perrodin en maître ès-anis

Mx Pernod-Ricard

Et si le secret de la cuisine contemporaine allait, paradoxalement, se cacher dans ses recettes les plus anciennes ? A en croire les thuriféraires de la nouveauté permanente, portés par un élan de prétention assez incroyable, la toute jeune génération revisiterait tout, créerait tout… Emportant dans son sillage une floppée de gastronomes sans recul ni connaissance ; l’époque croit avoir tout inventé alors qu’elle n’a jamais été aussi ignorante.
Résident depuis plusieurs mois du Mx, restaurant des Docks estampillé Pernod-Ricard, Emmanuel Perrodin y fait des miracles. Homme cultivé, le cuisinier va puiser chez les anciens les sources d’inspiration de ses menus quotidiens. Tête de veau croustillante-poutargue absinthe et champignons, chou farci, céleri-poire-girolles comté à l’absinthe illustrent le parti-pris du cuisinier cherchant à tisser des liens entre le pastis (l’anis) et ses plats, jouant de la saveur avec subtilité sans jamais être grossier. A l’heure du déjeuner, le Mx fait salle comble. Un pôle de cuisson-envoi des assiettes place Perrodin et ses hommes en centre de salle, un pôle duquel partent toutes les assiettes et qui confronte la brigade et les serveurs aux clients en lien direct.

Le cromesquis de merlan soupe de favouilles au Ricard illustre bien la délicatesse de l’exercice, Perrodin utilisant le Ricard comme un condiment apportant relief et nervosité à la soupe de favouilles. Malek notre serveur s’inquiète : oui, tout va bien, tout va même très bien. La Khakavia que la carte présente comme une cousine grecque de la bouillabaisse, en réalité son aïeule, porte toutes les valeurs de la cuisine méditerranéo-crétoise dont beaucoup se prévalent. Un bouillon, du poisson, des couillages, une recette populaire et raffinée qui doit tout au produit et à sa cuisson. La carte propose quelques desserts signés Oh Faon, pâtisserie 100% végétale, unanimement célébrée mais la tarte feuilletée aux clémentines, croustillante et beurrée était trop aguicheuse pour lui résister.

Alors faut-il aller déjeuner au Mx ? Oui, d’autant que la présence d’Emmanuel Perrodin est comptée, le chef devant quitter les lieux d’ici fin décembre… A moins que les rappels ne l’incitent à faire durer le plaisir jusqu’à la fin février, qui sait ? Oui car cette cuisine est étonnamment moderne, contemporaine et sans artifice. Chaque recette raconte ses origines et rend le client sur le départ moins affamé et plus instruit. Oui parce que c’est bon et parce que le personnel, merci Malek, est aux petits soins. Sans oublier le rapport qualité-prix qui est irréprochable.

Mx Pernod-Ricard, les Docks Village, 10, place de la Joliette, Atrium 10.7 Entrées Portes C et K rue des Docks ou Quai du Lazaret, 2e arr. Infos au 04 12 04 30 02. Formules déjeuner 22, 23 et 29 €. Soir, planches 18 et 22 €. Dimanche, brunch 32 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.