Restaurants en Provence

Au Mx Pernod-Ricard, Emmanuel Perrodin en maître ès-anis

Mx Pernod-Ricard

Et si le secret de la cuisine contemporaine allait, paradoxalement, se cacher dans ses recettes les plus anciennes ? A en croire les thuriféraires de la nouveauté permanente, portés par un élan de prétention assez incroyable, la toute jeune génération revisiterait tout, créerait tout… Emportant dans son sillage une floppée de gastronomes sans recul ni connaissance ; l’époque croit avoir tout inventé alors qu’elle n’a jamais été aussi ignorante.
Résident depuis plusieurs mois du Mx, restaurant des Docks estampillé Pernod-Ricard, Emmanuel Perrodin y fait des miracles. Homme cultivé, le cuisinier va puiser chez les anciens les sources d’inspiration de ses menus quotidiens. Tête de veau croustillante-poutargue absinthe et champignons, chou farci, céleri-poire-girolles comté à l’absinthe illustrent le parti-pris du cuisinier cherchant à tisser des liens entre le pastis (l’anis) et ses plats, jouant de la saveur avec subtilité sans jamais être grossier. A l’heure du déjeuner, le Mx fait salle comble. Un pôle de cuisson-envoi des assiettes place Perrodin et ses hommes en centre de salle, un pôle duquel partent toutes les assiettes et qui confronte la brigade et les serveurs aux clients en lien direct.

Le cromesquis de merlan soupe de favouilles au Ricard illustre bien la délicatesse de l’exercice, Perrodin utilisant le Ricard comme un condiment apportant relief et nervosité à la soupe de favouilles. Malek notre serveur s’inquiète : oui, tout va bien, tout va même très bien. La Khakavia que la carte présente comme une cousine grecque de la bouillabaisse, en réalité son aïeule, porte toutes les valeurs de la cuisine méditerranéo-crétoise dont beaucoup se prévalent. Un bouillon, du poisson, des couillages, une recette populaire et raffinée qui doit tout au produit et à sa cuisson. La carte propose quelques desserts signés Oh Faon, pâtisserie 100% végétale, unanimement célébrée mais la tarte feuilletée aux clémentines, croustillante et beurrée était trop aguicheuse pour lui résister.

Alors faut-il aller déjeuner au Mx ? Oui, d’autant que la présence d’Emmanuel Perrodin est comptée, le chef devant quitter les lieux d’ici fin décembre… A moins que les rappels ne l’incitent à faire durer le plaisir jusqu’à la fin février, qui sait ? Oui car cette cuisine est étonnamment moderne, contemporaine et sans artifice. Chaque recette raconte ses origines et rend le client sur le départ moins affamé et plus instruit. Oui parce que c’est bon et parce que le personnel, merci Malek, est aux petits soins. Sans oublier le rapport qualité-prix qui est irréprochable.

Mx Pernod-Ricard, les Docks Village, 10, place de la Joliette, Atrium 10.7 Entrées Portes C et K rue des Docks ou Quai du Lazaret, 2e arr. Infos au 04 12 04 30 02. Formules déjeuner 22, 23 et 29 €. Soir, planches 18 et 22 €. Dimanche, brunch 32 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.