Art de vivre

Autour du livre, le grand salon du livre de Marseille sera gastronomique

Ses organisateurs tablent sur une fréquentation de plusieurs milliers de personnes… Le premier salon du Livre, porté par l’Association l’Ecrit du Sud, et hébergé au sein même de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence, les 23 et 24 novembre prochain, est un événement. « Nous avions ce projet en tête depuis longtemps et c’est la conjonction des énergies de Patrick Coulomb, Bruno Richard et d’une élue consulaire très portée sur la culture, Cécile Khann qui a donné le coup d’accélérateur » avance François Thomazeau au nom de l’Ecrit du Sud.

autour du livre

Deux conférences avec le  Grand Pastis Samedi 23 novembre à 17 heures, une conférence sur le thème « Marseille est-elle une ville de grande cuisine ? » réunira Ludovic Turac, Pierre Psaltis et Georgiana Viou. Dimanche, 24 novembre, à 17 heures, Pierre Psaltis et Jean-François Mesplède, ancien directeur du guide Michelin de 2006 à 2009, poseront la question : « La cuisine française mène-t-elle toujours le monde ? »
Année de la gastronomie oblige, l’idée de relier ce premier salon professionnel et grand public aux événements MPG2019 a été évidente, « et nous espérons reconduire ce salon l’an prochain, poursuit Thomazeau. Bien sûr le thème en sera différent mais la passion pour l’édition demeurera » sourit-il. S’il est difficile de pronostiquer une quelconque affluence, les organisateurs ont quand même dégainé quelques atouts et non des moindres, Luana Belmondo en tête. La chroniqueuse de RTL, cuisinière toujours de bonne humeur au délicieux accent italien qui a charmé Alain Ducasse, parrainera ce week-end : « Elle n’a pas caché son enthousiasme et nous a beaucoup aidés dans l’édification du projet » souligne François Thomazeau.

Conférences avec le Grand Pastis
Côté menu, le salon Autour du Livre a mis les petits plats dans les grands. Qu’on en juge : 45 auteurs dédicaceront leurs ouvrages dans le grand hall parmi lesquels Babette de Rozières, Jean Rony Leriche, Noël Balen, Vanessa Barrot, Yoni Saada, Rebecca Leffler, Mireille Sanchez, Mayalen Zubillaga, Malika Moine, Sonia Ezgulian ou Alessandra Pierini. Cinq maisons d’édition, le Fioupélan, Gaussen, Jeanne Laffitte, l’Epure Ed., Marc Crès et Vanloos présenteront leur catalogue sans oublier la pléthore d’ateliers thématiques à destination des pros et du grand public…

Un riche  programme de conférences, auxquels le Grand Pastis est associé, complétera l’offre de ces deux journées exceptionnelles. Il réunira des journalistes de renom sur des thématiques comme l’Histoire de la gastronomie, le véganisme et la gastronomie, le succès des émissions culinaires à la télévision ou encore des enjeux contemporains comme « La cuisine française mène-t-elle toujours le monde ? », « Faut-il croire au bio ? », « Marseille est-elle une ville de grande cuisine ? », « Le vin, autre passion française ».

Autour du livre, les 23 et 24 novembre de 10h à 18h, au siège de la CCIMP, 9, la Canebière. Programme complet et inscriptions ici.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.