Art de vivre

Avignon : le Batelier fou part à l’assaut de notre été

Batelier FouUn nouveau rendez-vous pour trinquer et grignoter avec vue sur le pont d’Avignon : le Batelier fou part à l’assaut de notre été. Ce nouveau lieu de vie s’inspire des légendes portées par la chapelle Saint-Nicolas toute proche, dédiée à la confrérie des Bateliers. Le mois de juin est bien entamé et toute l’équipe du Batelier a pris ses quartiers d’été avec une toute nouvelle déco de bois clair, un comptoir ouvert, de larges baies pour profiter des dernières heures de soleil… Quelques escaliers discrets, un spot à l’abri des regards, une terrasse où tous se retrouvent pour refaire le monde et consulter une carte alléchante.
L’équipe a misé sur une sélection de produits ibériques de qualité : jambon La Prudencia, lomo, fuet, saucisson bellota. Côté mer, des petites sardines piquantes, des poulpes à la galicienne, des chipirons à l’encre de seiche et moules à l’escabèche voisineront avec quelques sushis. Les fromages (saint-marcellin, pélardon, enrobé aux airelles) ont été sélectionnés aux halles de la place Pie. Et dans la cale, la cave : des bourgognes, châteauneufs-du-pape, beaujolais, des chablis, saint-émilion, des tavels et rasteaux sommeillent aux côtés de la réserve de rhums, cognacs et armagnacs. Et comme le Batelier est un peu chauvin, quelques alcools de la distillerie Manguin complètent l’offre…
2, rue Ferruce à Avignon ; infos au 04 90 80 93 30.

Et au-delà de l’été…

Tout au long de l’année, le Batelier fou proposera des after work en mode cool avec une fête du mojito les 27, 28 et 29 juin (dès 18h, -30 à -50 % sur une sélection de mojitos). Les 9 et 23 juillet célébreront la bossa nova, et le 16 juillet se vivra en mode jazz-rythm’n blues. Tous les dimanches de juillet, un brunch sera servi aux lève-tard puis tous les derniers dimanches du mois dès septembre. Dès la rentrée encore, une fois par mois, un vigneron ou un sommelier présenteront leur choix de vins de la vallée du Rhône et d’ailleurs, assortis d’une sélection de rhums arrangés avec des planches à partager en accord avec la sélection d’alcools dégustés du jour.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.