Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Avec Avignon, tu me régales, les métiers de bouche se fédèrent en association

Avignon, tu me régalesUne page se tourne dans l’histoire gastronomique avignonnaise avec la création d’une nouvelle association de cuisiniers et artisans, bien décidés à porter haut les couleurs du pays de cocagne vauclusien. Baptisée « Avignon, tu me régales », cette association est née en avril dernier ; elle fédère les énergies autour de la défense des produits du terroir vauclusien et avignonnais et la promotion du « fait-maison ». Les cuisiniers et artisans membres sont issus d’horizons divers mais partagent un même intérêt pour le locavore, la simplicité et la saisonnalité.

Qui en sont les membres ? Guilhem Sevin, Severine Sagnet, Olivier Chaussy, Noêlle Réal, Mathieu Desmarest, Pascal Barnouin, Alexia baskakoff, Sébastien Beaupère, David Bérard, Damien Chocano, Olivier Combre, Julien Gleize, Thibault Hiély, Jean-Michel Leclerc, Robin Mayen, Italia Palladino, Florent Pietravalle.
Comme leur site le stipule et ainsi que le répète leur président Guilhem Sevin, l’association « incarne la nouvelle génération (…) et la relève gastronomique d’Avignon. Nous souhaitons associer à nos actions les membres de la filière, les producteurs et fournisseurs pour offrir au consommateur une assiette authentique et saine ». Entre autres objectifs, les cuisiniers souhaitent oragniser des événements pour toucher le public le plus large, l’initier et l’éduquer à des gestes simples de cuisine, de choix et de produits.
Dernier exemple en date de ce dynamisme et de l’application de ces belles intentions : le pique-nique géant organisé ce dimanche 1er octobre sur les quais de halage devant le pont Saint-Bénézet. « Mille paniers repas à 14 € l’unité ont été prévendus en quelques jours, se réjouit Guilhem Sevin. Et tous ceux qui n’avaient pas eu l’opportunité d’en commander un sont venus quand même avec leur propre repas pour un immense partage. La météo était de la partie, ça a été une totale réussite ». Réunis aux halles de la place Pie lors de la fête de la Gastronomie le 23 septembre dernier, les membres d’Avignon, tu me régales avaient bien conscience du besoin de confraternité et des attentes du public. Fuyant les rixes et autres malveillances entre confrères, tournant le dos aux sites qui surfent sur le buzz malsain pour se faire mousser, les Avignonnais montrent le chemin de la fraternité.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.