Magazine

La Comédienne, la nouvelle vedette avignonnaise est une bière

La ComédienneCe qui était au départ un épiphénomène est en train de virer au fait de société. Une nouvelle micro brasserie rejoint la (longue) liste de brasseurs provençaux et vient d’être portée sur les fonts baptismaux. A en juger par le profil atypique de ses fondateurs, La Comédienne risque de connaître un foudroyant succès. Aux commandes de ce nouveau projet houblonné, Thomas Le Roux, 40 ans, et Olivier Lefebvre, 35 ans. « Nous nous sommes connus dans le cadre professionnel, se remémore Thomas Le Roux. J’ai longtemps travaillé dans le Nord de la France dans l’industrie sucrière. Je suis arrivé à Avignon il y a 8 ans, dans une société qui avait vocation d’accompagner des entreprises de l’agroalimentaire. Olivier s’occupait de la partie commerciale et moi de l’aspect industriel », dit il. Collègues dans le travail et amis dans la vie ; le lien s’est conforté avec le temps : « A force de côtoyer des créateurs d’entreprise, l’envie nous est venue de fonder notre propre entreprise », confesse Thomas Le Roux. Pour ces deux ingénieurs de formation, le monde de la bière s’est vite imposé : « C’est un produit vivant, complexe et passionnant. En outre, il se trouve que la France n’était pas, il y a quelques années encore, une terre de bière. Mais les choses changent et on accompagne un renouveau de la production et de la consommation dans l’Hexagone », note Le Roux.

Une boisson qui a réussi le pari de s’anoblir en jouant la carte de l’innovation, un marché dynamique en croissance, « la bière demeure un produit populaire, soulignent les deux amis. On peut parler dégustation avec n’importe qui, c’est très ouvert ». Tout simplement, les deux experts de l’agroalimentaire ont abordé l’univers des brasseurs portés par leur enthousiasme. « Ça me passionne, j’ai visité nombre de brasseries et j’ai beaucoup lu, explique Thomas Le Roux. Outre ma formation en Grande-Bretagne, j’ai aussi fait du home browing, c’est-à-dire que j’ai brassé tout seul, chez moi à la maison pour voir »… De son côté, Olivier qui avait déjà travaillé au développement d’un domaine viticole des Côtes-du-Rhône, a aussi participé à un stage d’étude dans une brasserie pour en apprendre « toutes les finesses ».

Thomas le Roux et Olivier LefebvreLe duo affiche sa volonté de proposer des bières « différenciantes » sans pour autant être élitistes : « On veut offrir des saveurs nouvelles, des bières peu fortes en alcool et très portées sur le houblon. Le houblon, ce n’est pas que de l’amertume, on va montrer que nous pouvons être très floral ou très fruité ». Si le duo n’a pas visité les brasseries marseillaises, il n’en a pas moins commencé son tour régional avec les confrères de Toulon et de l’Isle-sur-la-Sorgue : « Ça viendra, nous comptons nous impliquer dans la dynamique provençale » assurent-ils. L’ouverture de la brasserie est annoncée le samedi 14 octobre prochain dans la zone du MIN d’Avignon. Le site de 300 m2 héberge également une boutique où seront présentés les 3 premières références estampillées La Comédienne. Chaque saison apportera ensuite son lot de bières à découvrir. Les biérophiles vont être à la fête !

La Comédienne, 135, avenue Pierre-Sémard, à Avignon ; infos au 04 90 08 75 45.
Ouverture le 14 octobre ; 3 € la bouteille 33 cl et 6 € les 75 cl.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.