Marseille Restaurants en Provence

Baan Thaï, les hauteurs de Vauban aux couleurs de Bangkok

baan thaï

C’est un haut-lieu de la street food du 6e arrondissement qui, d’un côté, tutoie Notre-Dame-de-la-Garde et, de l’autre, attire les connaisseurs de cuisine thaï qui est ici confiée à deux femmes au solide savoir-faire. Paul, lui, s’occupe du marché. On le croise régulièrement le matin, chez les proches commerçants de son échoppe de Vauban, pour acheter fruits et légumes, volailles et viandes. Paul a le phrasé un peu rude mais c’est un cœur d’or qui veut toujours bien faire et servir au mieux ses clients. Sur la place de l’église, quelques tables, toutes de guingois, ont été dressées pour manger sur le pouce, n’est-on pas ici au royaume de la street-food ? baan thaï

La carte propose quelques spécialités thaïlandaises, dont les fameuses pad thaï (nouilles de riz sautées-œuf, pousses de soja et cacahuètes), un hao pad neva (riz sauté au bœuf) ou un pad pak (légumes croquants au poulet ou aux crevettes, servis avec du riz blanc). Georges est très fier de sa spécialité, le Massama Kai (poulet, pommes de terre cuites au lait de coco, curry massaman, riz blanc) mais on lui préférera le thaï green curry (sauté de poulet au curry) ou le bœuf sauté aux poivrons, brocolis et carottes.
Les légumes sont saisis et gardent tout leur croquant et les sauces au lait de coco, fouettées au piment, sont nerveuses sans être agressives. Aux nems on recommandera plutôt les samossa garnis de petits pois frais et d’un mélange légumier du meilleur goût.

baan thaï

Alors qu’il prépare un carton dans lequel il range ses barquettes comme un tétris, on demande à Paul de la sauce piquante. « De la forte ou de la très forte ? » demande-t-il. De la très forte bien sûr, celle qui arrache et dont on versera un peu de la précieuse huile dans les samossas et les plats pour monter toujours plus haut dans les étages.
Alors faut-il commander ses plats au Baan Thaï ? Mais oui car la cuisine est bien faite et à base de produits frais. Oui car il n’y a pas que des adresses pour naïfs heureux de se faire plumer à Vauban, il y a aussi des pépites qui méritent que vous les découvriez. Oui parce que Georges fait vivre le quartier au point d’en être devenu une figure, à l’instar de Greg le boucher ou de Carlotta With. Oui parce que l’homme est aussi bon que sa cuisine, on parie ?!

Baan Thaï, 2B, rue de la Guadeloupe, Marseille 6e arr.  ; infos et commandes au 06 42 41 41 39 et 07 81 19 10 69. Carte de 10 à 15 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux