Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Restaurants en Provence

Baladi, toutes les saveurs de « mon pays »

baladiUn nouveau restaurant libanais à Marseille. Et une adresse que tous les représentants de la diaspora installés dans la ville se sont déjà refilée au point qu’une semaine à peine après son ouverture, les figures s’y retrouvent, s’embrassant et se congratulant avec une ferveur toute levantine. Dénommé Baladi, ce qui veut dire « mon pays », cet établissement se divise en deux parties : la brasserie, bien que le terme soit impropre, et le restaurant gastronomique qui ouvrira à la rentrée prochaine. A la différence de nombre de ses confrères, Baladi propose des sandwiches fort éloignés de nos jambons-beurre puisqu’ils sont roulés dans un pain, écrasés et grillés à la façon d’un panini, et richement garnis : le délicieux chawarma poulet à la crème d’ail est un classique, le sawda dajaj (foie de volaille flambé), le pastourma cher aux Arméniens et les lahm méchoui (brochettes d’agneau grillées) figurent parmi les meilleurs.

Laissez-vous guider
Et la carte ? Elle est longue comme un jour sans pain alors autant vous orienter vers des plats de tradition tels le bayedayoun (3 oeufs au plats dans un caquelon de terre cuite), les fatayer et rikakat (rissoles aux épinards et feuilletés fromage) et les makanet, sortes de petites saucisses charnues et très épicées qu’on arrose de citron… Une merveille. Côtés mezzés, ce sont le caviar d’aubergines (le baba ganoush) et le hommos qui retiendront toute l’attention : la magnifique saveur fumée du premier, agrémenté de grains de grenade, le disputant à la suavité de cette purée presque liquide de pois chiches, onctueuse et voluptueuse. La soirée avance et les éclats de rire se font plus forts. Le personnel cherche encore ses marques mais l’ambiance est là, les clients sont rassurés par la haute tenue de ce dernier venu sur la scène culinaire marseillo-beyrouthine.

Besoin d’être orientés sur les desserts ? Jetez votre dévolu, mais il faut avoir peu mangé au préalable, sur les knefé (cheveux d’ange croustillants et fromage fondu arrosés de sirop de sucre) et l’assiette d’osmallié, là encore des cheveux d’ange croustillants-coeur de crème de lait… Alors faut-il y aller ? Oui pour la gentillesse du patron qui va de table en table pour savoir si tout va bien, oui pour la carte qui propose les classiques mais, surtout, fait l’effort de nous émerveiller en découvertes. Et oui, enfin, pour le très bon rapport qualité-prix permettant, quelque soit son budget, de se faire plaisir…

Baladi, spécialités libanaises, 59, promenade Georges Pompidou, Marseille 8e arr. Infos au 04 91 22 80 66.  Sandwiches de 8,90 à 12,90 € ; carte 25-30 €.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Les sandwiches sont à 5,50€. Les prix que vous mettez comportent des formules avec boisson et frites. Les sandwiches sont copieux et exquis! Mes préférés : chawarma viande et mkanek. Un restaurant que je recommande fortement! Le seul hic: en accompagnement des belles assiettes de grillades ou viandes marinées je ne comprends pas pourquoi tous les restaurants libanais en France proposent du riz . Au Liban , on propose hommous , taboulé ou moutabbal… alors je n’hésite pas à dire aux serveurs de ne surtout pas me mettre de riz!