Restaurants en Provence

D’Une Rive à l’Autre : de Cassis à Beyrouth en quelques mezzés

Une Rive à l'AutreLes ruelles de Cassis recèlent de pépites qui exigent du passant affamé qu’il s’y perde. Tout à côté de la Goccia d’olio, le restaurant de Mathieu invite à passer d’Une Rive à l’Autre. La carte et les recettes sont libanaises (chich taouk, baba ganoush au grains de grenade, falafels) mais le décor respire le restaurant provençal avec ses nappes blanches et ses abat-jour rock’n roll. La bande son s’excite sur Django Reinhardt et la salsa… Traversant un immeuble, le restaurant possède deux façades : l’une rue Pasteur, l’autre rue Thérèse Rastit ; à vous de choisir la terrasse qui vous plaît. En fait, cette adresse ne ressemble à aucune autre et ça participe de son intérêt.
L’ardoise ensuite : la formule 22 euros à midi est euphorisante. Vous en connaissez beaucoup, vous, des adresses estampillées du Cercle culinaire de France à ce tarif ? Produits frais, cuisine de tradition et origines certifiées, les sourires sont sur tous les visages. Les assiettes sont intelligemment présentées, refusent le folklore et font montre d’un certain raffinement. Si Mathieu bouscule les codes, ses mezzés, eux, ont les pieds bien tanqués dans la tradition : kebbés, taboulé, homos, vous n’y échapperez pas.
Une Rive à l'AutreAu déjeuner, une daurade grillée accompagnée d’une crème à l’ail typique, saupoudrée de paprika et le grand classique riz aux vermicelles. Pas évident de faire bon quand c’est très simple, et cette daurade était très simple ! Il y a un monde fou au déjeuner, des Cassidains, beaucoup, des touristes, de plus en plus, certainement envoyés ici par les premiers. A l’heure du café, un baklava juste ce qu’il faut trempé dans le sirop de sucre accompagne un excellent expresso. Faire un café turc prendrait trop de temps. Alors faut-il y aller ? Oui pour ceux qui recherchent les saveurs authentiques d’une cuisine lointaine sans pour autant prendre la Meadle East pour atterrir à l’aéroport Rafik Hariri. Oui parce que Mathieu, sans trahir la tradition, évite les poncifs et apporte une touche raffinée de bon goût. Oui, enfin, pour la carte des vins de la plaine de la Bekaa : le célèbre château Kefraya, les plus discrets châteaux Skara, Fakra et le domaine Ixsir ; des étiquettes rarissimes dans la région, à découvrir.

D’une Rive à l’Autre, 9 rue Pasteur, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 24 84. Déjeuner 22 € ; carte 30 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.