En direct du marché

Ben Mouture, la nouvelle torréfaction rue du Petit Chantier

Ben Mouture

“Si vous aimez avec le sucre, eh bien buvez-le avec du sucre”, dit Ben en posant une tasse de café sur son comptoir. Dans ce local tout récemment rénové, Benoît Roch savoure son bonheur. Son Ben Mouture accueille, depuis quelques semaines, une clientèle de curieux et d’amateurs de café attirée par cette vaste salle aménagée dans les anciennes caves des immeubles de la rue du Petit Chantier. Banquettes, tables et sièges d’appoint aux couleurs chaudes, éclairés par des suspensions en rotin tressé annoncent la couleur. Ici, on boit un café aux origines certifiées et préparé dans les règles de l’art.

“J’ai découvert les cafés de spécialité, à Lyon, il y a quelques années et, depuis, le café ne me quitte plus”, confesse-t-il avec sourire. Arrivé à Marseille depuis 3 ans, Ben a travaillé dans le bâtiment et la rénovation d’appartements, dans la logistique pour un traiteur tout en se familiarisant avec le monde des cafés de spécialité. Ingénieur de formation, ce passionné de 32 ans, s’est formé auprès d’un torréfacteur de la Drôme avant de parfaire sa “coffee culture” chez BBS (Barista bartender solutions) à Velaux, dans les Bouches-du-Rhône.

Quelques machines
Après 4 mois de rénovation, le Ben Mouture est fin prêt et renoue avec la vie de quartier. “Je propose une gamme de cafés pour les particuliers et les entreprises (à partir de 7 € le quart) et j’envisage, dans quelques semaines, d’ouvrir le lieu le dimanche pour des brunches”. L’ouverture dans tous les quartiers de brûleries de proximité réjouit Ben Roch pour qui “la consommation de cafés de spécialité ne représente pas 1% de la consommation mondiale de café, il y a encore de belles marges de progression”, estime-t-il en rappelant qu’il y a cinquante ans, les torréfactions abondaient partout à Marseille, “et le phénomène actuel consacre leur retour”.
Militant pour un café ” à l’acidité et à l’amertume maîtrisées”, Ben se réjouit du goût retrouvé des Marseillais pour le “bon” café : – Je travaille avec un importateur qui ne livre que moi à Marseille. Je propose du café en grains 100% arabica et je mouds en fonction de l’usage : plus fin pour l’expresso, plus gros pour le filtre”. En complément, Ben Mouture propose de découvrir quelques machines De’Longhi pour prolonger chez soi le plaisir barista : du filtre à l’expresso, il suffit d’une tasse…

Ben Mouture, 34, rue du Petit Chantier, Marseille 7e arr. Infos au 06 58 13 87 69. A partir de 1,80 € (café expresso) jusqu’à 4 € (capuccino au lait végétal).

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter