Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

6e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Braises sessions, Gaspard Mourieras met le feu chez Tripletta

Gaspard Mourieras chaque lundi soir chez Tripletta

Faire tomber les barrières et sortir Tripletta du registre de la trattoria italienne. Voilà, en résumé, l’idée qui a conduit à inviter tous les lundis soir, le cuisinier Gaspard Mourieras, pour une braise session aux contours toujours plus affinés, et raffinés. Après 5 lundis à la barre, le  chef d’origine corrézienne, a gagné en aisance : – Mon ADN, c’est le feu et la cuisine à la braise. Ce registre ne se cantonne pas qu’à la flamme, à la braise et au feu ; c’est une cuisson d’anticipation et, au-delà, le fumage donne saveur et profondeur ».
A la direction de tripletta, Dina raconte qu’il y a 8 mois, l’équipe de cuisine cherchait un second et « Harry Cummins nous a recommandé Gaspard. Il a travaillé en binôme avec François Roche et tout le monde s’est bien entendu, il y avait une bonne ambiance ». L’idée d’un pop-up a donc tout naturellement surgi, avec la cuisine au barbeuc en ligne de mire.

Gaspard Mourieras, les moules fumées des braises session

Chaque lundi soir, deux cartes cohabitent, celle de la trattoria-pizzéria d’un côté, celle des inspirations de Mourieras de l’autre. « Ma mère a vécu au Maroc et le premier chef avec qui j’ai travaillé était d’origine malienne et guadeloupéenne, raconte Gaspard du haut de ses 31 ans. Voilà pourquoi je ne mange pas forcément franco-français, j’aime les partis-pris tranchés ». A la carte, les moules fumées-sauce tomate-persil s’aiguisent d’une pointe pimentée assurant une étonnante puissance et longueur en bouche. La banane plantain s’égaie d’oignons frits et de pickles d’échalotes dans un kimchi coréen spirit du meilleur goût.

Gaspard Mourieras, la banane plantain des braises session

Le tour du monde serait incomplet sans ses keftas de poisson à la braise-sauce tahine-pain pita twistées par l’écidulé-sucré d’un jus de grenade. On se lèche les doigts, on lorgne sur l’assiette du voisin, la cuisine est heureuse, le tour du monde  passera par les artichauts braisés-crème couleur câpres et ail frit. La bonne idée ? Ces grains de sarrasin grillés-brûlés pour imposer la note boisée et surligner une suggestion fumée.  Lorsqu’atterrit le dulce de leche, le chef sourit, « ce n’est pas qu’argentin, c’est aussi un dessert uruguayen, c’est un petit pays, il ne faut pas l’oublier ». Un dessert qui a le bon goût de ne pas être écœurant, réveillé par quelques zestes confits d’orange posés sur un biscuit façon génoise souple et imbibée. Juste à côté, une chantilly à la banane surprend autant qu’elle régale… 

Le dulce de leche servi lors des braises session chez Tripletta

Alors faut-il réserver sa table lundi soir prochain pour découvrir la Mourieras touch ? Oui et pour vivre pleinement l’expérience, allez-y à plusieurs pour partager et commenter. Les braises sessions de Gaspard nous racontent sa vision d’une cuisine mondiale, qui croise les origines sans jamais perdre le client. Les assiettes sont colorées, assaisonnées, la vision du chef qui a fait de Francis Mallmann son mentor, est limpide. En fin de service, quand la salle se vide, le cuisinier rêve « d’un resto avec un grand champ équipé pour ce type de cuisson. Je travaillerais à la flamme, à la braise, ferais des cuissons longues toute la journée pour le seul service du soir ». Une approche au grand air et libre, comme sa cuisine.

Braises sessions Gaspard Mourieras chez Tripletta, 25, place Notre-Dame-du-Mont, Marseille 6e arr. ; infos au 04 91 92 55 15. Entre 30 et 40 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.