Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

16e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Au Caravane café de l’Estaque, on vient aussi par amitié

Le Caravane café de l'Estaque, arty et amical

Le bar de quartier a bien failli mourir. Jadis décoré et animé par une artiste qui a décidé, voilà un an, de prendre la tangente, le Caravane café risquait la fermeture définitive. A l’idée de savoir sa fondatrice sur les routes loin de leur bistrot chéri, nombre d’habitués ont voulu maintenir le lieu, « leur » lieu en vie. L’idée d’une coopérative s’est fait jour, portée notamment par l’architecte qui a travaillé sur le projet de Super Cafoutch , un supermarché participatif du 2e arrondissement, comptant à ce jour plus de 2000 coopérateurs.
Raoul Michel, déjà en place au Super Cafoutch et représentant marseillais du Slow food, entre dans la boucle ; il organise des réunions et une réflexion statutaire s’engage pour savoir quelle structure mettre en place. La coopérative apparaît comme la meilleure solution,  et les statuts sont déposés en juillet 2023. A ce jour, quelque 120-130 coopérateurs ont rejoint l’aventure, pour 100 € la part sociale.

Le Caravane café de l'Estaque à l'heure du déjeuner

« On fait tout ça pour garder ce lieu en vie et, comme au Super Cafoutch, tous les bénéfices sont réinvestis », prévient Raoul Michel. Deux cuisiniers, l’un à temps plein, l’autre à mi-temps, Nico et Florian, ont réjoint l’aventure et ce midi, c’est Emilie qui assure bénévolement le service. Tous les jours au déjeuner, un plat, une proposition végétarienne et un dessert attirent une quinzaine de personnes « en attendant la mise en place d’un click and collect », poursuit Raoul. Pour cette semaine indienne, on se régalera d’un poulet tikka massala, riz blanc, carotte et lait de coco. Le dessert sera italien pour faire honneur à Roberta qui rejoint la table : un pan de calatrava, flan maison posé sur un lit de pain imbibé de caramel qui fait office de socle lorsqu’on retourne le flan. « Le Caravane café était un lieu mixte où les habitants de l’Estaque, les artistes, les voisins se retrouvaient, dit Roberta avec un accent italien délicieux. On a voulu sauver cette adresse de rencontres ».

Au Caravane café de l'Estaque, un Pan de Calatrava

Sur le trottoir où personne ne passe, deux dames ont commandé un gâteau au chocolat à la polenta et sans gluten. Florian quitte sa cuisine et vient discuter. Master en médiation culturelle, il a changé de vie en a passé son CAP en 2019 : – J’ai cuisiné pour le Talus, l’auberge marseillaise à la Pointe-Rouge… Je n’ai jamais bossé dans un restaurant classique. Ça ne m’intéresse pas ». Tout en plongeant un sucre dans son expresso ristretto, Raoul dresse un premier bilan après la réouverture en janvier 2024 : – En termes de fréquentation, nos objectifs sont atteints et en volumes de dépenses, on y serait presque. Mais nous sommes très vigilants pour les dépenses, il faut travailler encore pour solidifier l’édifice ». L’été approche, on retournera visiter le Caravane café, pour y manger bien sûr, mais aussi par amitié.

Caravane café coopérative, 86, bd Roger-Chieusse, Marseille 16e arr. Infos 09 55 90 58 97. Déjeuner 14-20 €. Du mar au sam midi, ven et sam soir.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.