Restaurants en Provence

Bubo, le restau nomade s’invite à la maison

Bubo restaurant

Contre vents et marées, Fabien Torrente et Grégory Goutulli tiennent le cap de leur restaurant de la rue du Dr Fiolle. Les deux associés proposent des formules et menus à emporter, un peu éloignées de l’esprit bistronomique de cette table fondée à l’automne 2018 mais le caractère fonceur a incité le binôme à revoir toutes ses formules, et à viser la simplicité, sans jamais sacrifier le goût ni la qualité.
Simplicité d’abord : on visite le site web du resto Bubo qui propose des menus et formules au fil des dates. Il suffit ensuite de téléphoner pour réserver et passer commande. Chez d’autres, on est obligé de chercher sur Instagram un post datant de plusieurs jours proposant une formule à commander par SMS en retrouvant le numéro de téléphone sur le site web dudit resto lequel renvoie sur un calendrier erroné… Bref, Torrente et Goutulli nous l’ont jouée pro et simple.

Générosité
Au choix ce jour, un menu complet ou une version démembrée à composer soi-même. La saison des asperges arrivant, le cuisinier les propose en milk-shake-brousse à la menthe aux éclats de noisette pour jouer les contrastes. Un délicieux croque-monsieur au jambon juste passé au gril du four retrouve tout son caractère et son enthousiasme. Jamais en manque d’inspiration, Fabien a imaginé une bruschetta à la façon d’une baguette nappée de sauce aux morilles entières mêlée à une effilochée d’agneau. Un peu de mayo au piment et des oignons frits dynamisent l’assiette riche en goûts. L’incontournable hot-dog est copieux et suffirait à lui seul au repas d’un solide appétit. Une viande épaisse, et parfaitement cuite, posée sur un pain à burger, nappé d’oignons confits, fond en bouche ; la viande de bœuf se mêle aux tranches épaisses de fourme d’Ambert surabondante, témoin de la générosité et du caractère opulent de cette cuisine qui ne compte pas.
Avec le café, on aurait pu choisir quelques cookies mais la saison des fraises incite à bouder ce biscuit hivernal au profit de ces fruits juste poêlés  posés sur une quenelle de crème montée et crumble à l’orange.

Alors faut-il commander chez Bubo ? Oui car la philosophie du restaurant demeure en dépit des bouleversements de la période. Oui car les produits de qualité et la générosité du cuisinier contribuent à l’esprit gourmand des barquettes dressées avec soin. Oui enfin, car la bonne humeur de l’équipe et de Grégory, si elles ne remplacent pas un apéritif, apportent un sourire bien réconfortant.

Bubo restaurant, 34, rue du Dr Fiolle, Marseille 6e arr. ; infos et commandes au 09 50 13 58 28.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.