Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille Restaurants en Provence

Souk Nour d’Egypte, l’évasion à portée de menu

Souk Nour

Aujourd’hui comme hier, et préfigurant de ce que sera demain, Marseille nous ouvre les portes du monde. A l’heure où les avions sont cloués au sol et les bateaux solidement arrimés à quai (ce qui permet à la planète de respirer un peu), on redécouvre les bonheurs d’à côté de chez nous. A quelques encablures de la Canebières et du cours Saint-Louis, le coeur du Souk de Nour d’Egypte bat au rythme du ramadan. Il y a du monde à l’heure de la pause déjeuner : un sandwich, quelques falafels, des feetir épinards-feta ou féta-menthe et c’est la fête. Beaucoup de touristes, quelques étudiants attirés par le côté rassasiant des spécialités à petits prix, et des commerçants voisins, entrent et sortent en un ballet permanent.

Derrière le comptoir, souriant en dépit de son masque, les yeux en disent souvent long, Ahmad explique patiemment chacune des spécialités. « Je suis originaire de la localité de Banha à côté du Caire » explique-t-il entre deux keftes et la présentation des fameux baklawah. La musique résonne dans ce grand espace partiellement fermé pour cause de restrictions sanitaires mais une carriole attire l’oeil et propose une barquette de  kochari, un ensemble roboratif de lentilles-pois chiches-agrémenté de vermicelles frits, de riz et de pâtes, nappé de sauce tomate au cumin et d’oignon frit. Une initiation aux plats populaires cairotes.

Tout juste sortis des cuisines, des m’hadjeb fromage et des achma font de l’oeil aux plus affamés et on a envie de tout dévorer, de goûter aux délices d’un festin qui n’en finirait pas. A tester, les falafels coincés dans un pain hyper gonflé et moelleux, agrémentés de lamelles fines de poivrons rouges, de feuilles de salade et nappés de sauce blanche aigre. Les keftés que vous assortirez de crudités, des feetir, des  desserts trempés dans le miel et le sirop de sucre accompagneront le café.

Alors faut-il y aller ? Oui car cette cuisine est celle des familles égyptiennes, c’est une cuisine de mères soucieuses du bon appétit de leurs enfants. Oui pour l’authenticité et le très bon rapport qualité-prix des formules permettant de découvrir sans se ruiner. Oui parce que cette adresse est ouverte tous les jours pour répondre aux caprices de ses clients. « La force de la vérité est qu’elle dure » dit le proverbe, on pourrait aussi ajouter qu’elle réside dans le goût.

Souk Nour d’Egypte, 2A, rue de Rome, Marseille 1er arr. ; infos au 07 61 70 12 54. Menus de 10 à 15 € environ.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.