En direct du marché

La bûche de Gérald Passédat, un Noël 2020 qui ne manque pas de piquant

Oursin Gérald Passédat

La bûche de Noël est devenue, au fil des ans, un exercice de haute voltige, une preuve de maîtrise pour toute brigade souhaitant clore une année par un coup d’éclat. Pour célébrer Noël, c‘est toujours vers la Méditerranée que Julie Devouassoux, compagne de Gérald Passédat, est allée plonger son imagination. Pour évoquer ces douze mois qui n’ont pas manqué de piquants, le chef pâtissier Guillaume Villalonga a joué les harmonies terrestres (dacquoise marron-clémentine) surlignées de la force d’un cacao 75% issu d’une recette maison protégée, le « Abysse noir Passédat », et marines, avec un visuel étonnant. Passée la surprise des  galets floqués chocolat, arrive la gourmandise d’un pailleté feuilletine, doux clin d’oeil à la bûche que le chef avait proposée en 2014, de quoi réveiller les appétits. « C’est un gâteau qui n’existe qu’en taille unique, pour 6-8 personnes, mais ce sont 6 grosses parts ou 8 normales » dit Gérald Passédat. L’entremets qui nécessite de 2h à 2h30 de travail est intégralement réalisé à la main et répond aux règles maison du « très peu sucré, tout à la sève de bouleau, sauf le chocolat bien sûr », prévient le chef. bûche de Gérald Passédat

La bûche de Gérald Passédat, en vente 110 € pour 8 personnes, sur le site passedat.fr (onglet « drive »), commande en amont, choix de la date de retrait. 

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux