En direct du marché

La bûche de Gérald Passédat, un Noël 2020 qui ne manque pas de piquant

Oursin Gérald Passédat

La bûche de Noël est devenue, au fil des ans, un exercice de haute voltige, une preuve de maîtrise pour toute brigade souhaitant clore une année par un coup d’éclat. Pour célébrer Noël, c‘est toujours vers la Méditerranée que Julie Devouassoux, compagne de Gérald Passédat, est allée plonger son imagination. Pour évoquer ces douze mois qui n’ont pas manqué de piquants, le chef pâtissier Guillaume Villalonga a joué les harmonies terrestres (dacquoise marron-clémentine) surlignées de la force d’un cacao 75% issu d’une recette maison protégée, le “Abysse noir Passédat”, et marines, avec un visuel étonnant. Passée la surprise des  galets floqués chocolat, arrive la gourmandise d’un pailleté feuilletine, doux clin d’oeil à la bûche que le chef avait proposée en 2014, de quoi réveiller les appétits. “C’est un gâteau qui n’existe qu’en taille unique, pour 6-8 personnes, mais ce sont 6 grosses parts ou 8 normales” dit Gérald Passédat. L’entremets qui nécessite de 2h à 2h30 de travail est intégralement réalisé à la main et répond aux règles maison du “très peu sucré, tout à la sève de bouleau, sauf le chocolat bien sûr”, prévient le chef. bûche de Gérald Passédat

La bûche de Gérald Passédat, en vente 110 € pour 8 personnes, sur le site passedat.fr (onglet “drive”), commande en amont, choix de la date de retrait. 

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.