Restaurants en Provence

Le Chicoulon, un bistrot de famille arrosé au morgon

chicoulon

Tomi est parti. Il était le cuisinier du Chicoulon mais également le copain d’Edouard Mireur, fondateur de cette cave à vins qui a le souci de la bonne bouffe. Léo lui a succédé en juin dernier, il a endossé à la perfection le rôle de chef, cultivant l’esprit bistrotier de la maison, et l’esprit amical cher à Fanny et Edouard. Voilà pour le contexte. Pour le reste, le Chicoulon reste une bonne adresse réunissant la crème du quartier qui y déjeune en prenant soin de toujours accompagner les agapes d’un verre de vin dûment goûté et approuvé par l’équipe.

Les pluies de novembre, le ciel maussade et le mistral rafraîchissant les rues, vous pousserez la porte avec le souci de lire une ardoise réconfortante qui mêle les influences lointaines et bien franchouillardes. La salade de quinoa-vinaigrette au ponzu (assaisonnement japonais) est servie avec un feroce d’avocats (d’origine antillaise) ; elle cohabite avec un très savoureux velouté Dubarry, classiquissime potage de chou fleur que Léo anime par petites touches acides (céleri) et nerveuses (poireau fondant). Les lanières de chorizo sont utilisées ici comme un condiment gourmand et c’est très bien vu.

chicoulon

Comme la saison l’impose, le menu s’accompagne d’un verre de Morgon, signé Louis-Claude Desvignes. Cette cuvée voûte Saint-Vincent 2020, sera choisie pour sa belle expression du gamay, un vin intense très fruits rouges (framboises). Edouard conseille et on le suit bien volontiers, encore sous le charme de ces tanins discrets qui accrochent la bouche sans agressivité et délivrent une bonne fraîcheur. Un vin parfait pour le tartare de thon-fregola sarda de petits légumes au pesto verde, un plat original qui prouve combien Léo aime jouer entre les différents registres.

Un gâteau au chocolat-suprêmes d’oranges ou une tatin hyper coquine avec ses relents beurrés, pour accompagner le café, sonne l’heure du retour au bureau. Alors faut-il y aller ? Mais oui bien sûr, comment pourrait-on en douter ! Fanny et son frère Edouard gardent le cap par delà les années. « Vous avez aimé la tatin ?, s’inquiète Edouard. C’est la recette de ma grand-mère, vous savez, celle qui proposait toujours le petit chicoulon en fin de repas ». Une adresse de famille, il n’y a pas plus rassurant.

Chicoulon, 59, rue Grignan, Marseille 6e ; infos au 04 91 33 46 59. Carte 30 € env.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.