Marseille Restaurants en Provence

Le Chicoulon, un bistrot de famille arrosé au morgon

chicoulon

Tomi est parti. Il était le cuisinier du Chicoulon mais également le copain d’Edouard Mireur, fondateur de cette cave à vins qui a le souci de la bonne bouffe. Léo lui a succédé en juin dernier, il a endossé à la perfection le rôle de chef, cultivant l’esprit bistrotier de la maison, et l’esprit amical cher à Fanny et Edouard. Voilà pour le contexte. Pour le reste, le Chicoulon reste une bonne adresse réunissant la crème du quartier qui y déjeune en prenant soin de toujours accompagner les agapes d’un verre de vin dûment goûté et approuvé par l’équipe.

Les pluies de novembre, le ciel maussade et le mistral rafraîchissant les rues, vous pousserez la porte avec le souci de lire une ardoise réconfortante qui mêle les influences lointaines et bien franchouillardes. La salade de quinoa-vinaigrette au ponzu (assaisonnement japonais) est servie avec un feroce d’avocats (d’origine antillaise) ; elle cohabite avec un très savoureux velouté Dubarry, classiquissime potage de chou fleur que Léo anime par petites touches acides (céleri) et nerveuses (poireau fondant). Les lanières de chorizo sont utilisées ici comme un condiment gourmand et c’est très bien vu.

chicoulon

Comme la saison l’impose, le menu s’accompagne d’un verre de Morgon, signé Louis-Claude Desvignes. Cette cuvée voûte Saint-Vincent 2020, sera choisie pour sa belle expression du gamay, un vin intense très fruits rouges (framboises). Edouard conseille et on le suit bien volontiers, encore sous le charme de ces tanins discrets qui accrochent la bouche sans agressivité et délivrent une bonne fraîcheur. Un vin parfait pour le tartare de thon-fregola sarda de petits légumes au pesto verde, un plat original qui prouve combien Léo aime jouer entre les différents registres.

Un gâteau au chocolat-suprêmes d’oranges ou une tatin hyper coquine avec ses relents beurrés, pour accompagner le café, sonne l’heure du retour au bureau. Alors faut-il y aller ? Mais oui bien sûr, comment pourrait-on en douter ! Fanny et son frère Edouard gardent le cap par delà les années. « Vous avez aimé la tatin ?, s’inquiète Edouard. C’est la recette de ma grand-mère, vous savez, celle qui proposait toujours le petit chicoulon en fin de repas ». Une adresse de famille, il n’y a pas plus rassurant.

Chicoulon, 59, rue Grignan, Marseille 6e ; infos au 04 91 33 46 59. Carte 30 € env.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux