Restaurants en Provence

Santiago Fuego, nouvelle figure automnale du Bar des Amis

Santiago Fuego

Les saisons se suivent et les cuisiniers aussi. Juan Pulgarin Sanchez a pris le large non sans avoir conseillé à Mélanie et Ivan de confier à son ami, Santiago Fuego, la micro cuisine du Bar des Amis. Argentin né à Buenos Aires, Santiago n’est pas un inconnu de la planète Mars puisqu’il est à l’origine des événements « la Crème », avec son acolyte Iris Liberty. C’est aussi un souriant autodidacte de 34 ans, qui a participé à l’aventure de Mersea, haut-lieu du fish and chips parisien et bossé au préalable avec le chef argentin German Martitegui dans son restaurant Tegui.
Retour à la Vieille Chapelle sur la terrasse de ce bar qui ne désemplit pas et dont Ivan est devenu le maître de cérémonie. Avec son doux regard et un sourire bienveillant porté sur les clients, Mélanie imagine une carte de desserts, chaque jour renouvelée, mêlant les influences ménagère et anglo-saxonne.

L’ardoise de ce déjeuner propose l’incontournable pan-bagnat, fierté de la maison, une tortilla très roborative animée de poivrons-piquillos et fines tranches de jambon cru, un sandwich d’escalope à la milanaise (fromage, laitue, poivrons et oeufs) et des huîtres. Le boudin noir-purée de carottes et salsa criolla précède un dos de cabillaud-épinards semoule et salsa verde. Dans un style street très assumé, le chef respecte l’esprit généreux de la maison. Les assaisonnements sont nerveux (salsa verde tartinée sur le poisson cuit à la perfection) et les mises en scène gourmandes (pavlova). Cette pavlova justement, offre une meringue délicate, et une crème battue pas sucrée qui vient en harmonie avec les agrumes acidulés.

Alors faut-il y aller ? Comme à chaque saison, Mélanie et Ivan se font fort de débusquer une jeune pousse à suivre. On vient chez eux pour s’encanailler à l’apéritif et la joie de vivre de nos hôtes incite à y rester déjeuner. Il y a du rythme, de la créativité, une énergie parfois maladroite chez Santiago Fuego mais toujours une qualité et un rapport qualité-prix indéniables. Les saisons passent et le BDA mérite de plus en plus son titre d’incontournable  de la vie marseillaise…

Le Bar des Amis, 23, ave de la Pointe Rouge ; Marseille 8e arr. Infos au 04 91 96 17 62. Carte : 32 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.