Magazine

Club Riviera, le nouveau spot cool de Victor au Panier

Club RivieraDes hauteurs du boulevard Vauban aux rives du Vieux-Port. La Maison Vauban et son équipe annoncent l’ouverture d’un établissement frère, au pied de l’Hôtel Dieu, face à la place Bargemon. Au fil des services, le Club Riviera racontera les cuisines littorales méditerranéennes, de la Grèce au Liban, d’Israël au Maroc sans oublier l’Italie, la France et l’Espagne… Après deux mois de travaux et les idées déco de Julie Guyomard, qui avait déjà signé la Maison Vauban, voilà 3 ans, le Club Riviera accueillera ses premiers clients aux environs du 11 juin. Il fit en son temps les belles heures de la Maison Vauban, Victor revient cette fois avec un concept chauffé à blanc par le soleil porté par un puissant regain d’énergie : – J’avais besoin d’un nouveau projet, de vivre une nouvelle aventure. La Maison Vauban était lancée, il me fallait un nouveau shoot d’adrénaline”.
Murs blancs, carreaux bleu et jaune moutarde, banquettes rouges profond… L’ambiance “évoquera Santorin ou Formentera” sourit Victor. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, la bande son sera celle de Synapson et tournera non-stop.

En cuisine, le grand retour de…
En cuisine, c’est un événement, une jeune cuisinière qui avait disparu des radars depuis son dernier poste au bar-tabac du Terminus d’Endoume : Léa Bizalion. “On s’est contacté à plusieurs reprises, jusqu’à ce que nos calendriers concordent, poursuit Victor visiblement ravi de ce mercato. Chez nous, Léa trouvera tout l’inverse de ce qu’elle fuit, à savoir une ambiance à la cool, pas de brigade, une carte blanche sur la carte et, surtout, un mot d’ordre : tu t’éclates”… Victor est aussi catégorique, travailler avec des femmes en cuisine présente beaucoup d’avantages : – Que ce soit avec Lucy à Maison Vauban ou Léa au Club Riviera, les cuisinières apportent une touche et une sensibilité différente, elles comprennent l’esprit du lieu et composent des cartes en total accord”.

On déjeunera au Club Riviera du lundi au samedi et, dans le même esprit qu’on le pratiquait à la Maison Vauban ; le soir, on grignotera pour accompagner les apéros et les découvertes de vins du Liban, Maroc et de Grèce. Quelques soirées ponctuelles seront annoncées par l’équipe avant, dans un second temps, les brunches du dimanche. Un nouveau projet, une nouvelle aventure dont le coup d’envoi sera donné le 11 juin 2019.

Club Riviera, 1, rue Méry, Marseille 2e arr.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter