En direct du marché

Come a Roma, la pizza au carré fait chavirer les Avignonnais

Il se voit un peu comme un enfant de la Covid. En ouvrant cette pizzéria le 28 février 2020, Sandro s’est paradoxalement fait connaître alors que tous les restaurants étaient contraints à la fermeture. Son échoppe, Come a Roma, a échappé aux restrictions sanitaires alors que les ventes “à emporter” s’envolaient, les Avignonnais découvrant les délices de la pizza à la romaine. “La pizza à la coupe, c’est très romain, explique cet artisan de 40 ans qui la savourait déjà ainsi, lorsqu’il était gosse. C’était le goûter de mes jeunes années en famille d’abord, et puis avec mes copains adolescents ensuite” dit-il.

come a roma

Sandro et son épouse, Valentina, sont arrivés en France, voilà 4 ans, pour rejoindre une cousine qui tenait une pizzéria à Villeneuve-les-Avignon. Sandro a travaillé là-bas deux ans et demi et a ensuite eu l’envie de voler de ses propres ailes. “C’est là que Pasquale m’a rejoint car Valentina ne voulait pas quitter son travail. Elle vient nous aider de temps en temps”, poursuit le pizzaiolo avec un accent aussi ensoleillé que chantant. Si Marseille est riche de pizzerias au style napolitain et marseillais, Avignon ne connaissait pas les pizze servies en plaques et à la coupe.

Hydratée et digeste
“Une bonne pizza ? La nôtre ! éclate de rire Sandro pour qui une pizza doit avoir bon goût et toujours être digeste : – Notre pâte mature 48 heures et elle affiche un taux de 75% d’hydratation” assène-t-il. Ce qui revient à 7,5 litres d’eau pour 10 kilos de farine soit 18 kilos de pâte. Come a Roma aligne des pizze au fond croustillant, épaisses et souples en surface nappées d’une sauce à base de tomates entières de la conserverie Mutti. Outre leur fournisseur en légumes qui est également un voisin de Sandro et Valentina à Pujaut, Sandro et Pasquale s’approvisionnent chez Primadis à Avignon, Mama Fiore à Aix et Carniato à Paris.

Chez eux, pas de carte, les deux associés puisent dans un fonds de quelque 50 recettes qui s’enrichit très régulièrement. Le client découvre, à son arrivée, les suggestions du jour, présentées sur 8 plaques en vitrine. Des parts et des recettes pour tous, de 3 à 6 € la portion. “Dans ma tête, j’ai un gros rêve, assure Sandro. Je voudrais que les Français changent leur façon de manger la pizza assis à table. Il n’y a pas que la pizza ronde, il y a aussi la carrée, celle qu’on mange  10 heures comme un en-cas, ou celle qu’on dévore à 16 heures, à la sortie de l’école”. Toujours pour casser les codes, Come a Roma s’est associé à Florent Pietravalle, le chef de la Mirande, à la fin du mois de février, pour proposer via son food-truck, une pizza à la truffe d’inspiration très rustique. Et pour demain ? “Notre seule limite, c’est l’imagination”, assure Sandro. Il y a de la marge alors.

Come a Roma 83, pizza al taglio, 16, place de la Principale, Avignon ; infos au 09 87 38 83 02.

Photo Clément Puig et DR

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter