Mes recettes

La courge butternut rôtie, au chèvre, mascarpone et noisettes

Courge butternut rôtiePréparation : 15 min / Cuisson : 1h15

Votre marché pour 2 personnes : 1 courge butternut ; 1 oignon ; 6 cuil. à café de mascarpone ; 1 dizaine de brins de thym ; 1 bûche de chèvre ; de l’huile d’olive (pour cette recette l’Optima 3 huiles de Tramier conviandra bien) ; 1 poignée de noisettes entières ; sel et poivre du moulin.

On y va : préchauffez le four à 180°C. Découpez la courge en deux puis retirez les pépins. À l’aide d’une cuillère parisienne, creusez légèrement le légume afin de récupérer la chair puis tranchez-la en petits morceaux. Épluchez puis émincez un oignon et faites-le revenir dans un filet d’huile. Ajoutez les morceaux de courge puis faites-les cuire pendant 15 minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien fondants. Salez et poivrez. Après cuisson, découpez la bûche de chèvre en tranches. Déposez les deux morceaux de courge dans un plat à gratin puis répartissez la préparation à l’intérieur. Ajoutez les cuillères de mascarpone puis disposez les tranches de chèvre les unes à la suite des autres. Versez encore un trait d’huile, poivrez et parsemez de thym. Enfournez la courge butternut pour 1 heure de cuisson. Pendant ce temps, concassez les noisettes puis faites-les torréfier quelques minutes à la poêle. Au moment de servir la courge butternut rôtie, parsemez les courges de noisettes et dégustez !

Bonus : la courge butternut se plie à toutes les imaginations

Photo Alexandre Rety

3 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux