Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Art de vivre

Domaine des Bergeries, premier spot œnotouristique des Alpes de Haute-Provence

Domaine des Bergeries

Le domaine des Bergeries est né d’une passion commune pour le terroir des Alpes de Haute-Provence, Jean-Luc, manosquin de naissance, n’ayant eu besoin que de quelques paysages et d’un coucher de soleil pour convaincre Eloïse, son épouse, de vivre une aventure œnotouristique exemplaire. Voilà 5 ans, le duo se portait acquéreur de 16 hectares dans un site d’exception à Châteauneuf-Val-Saint-Donat. La piste qui conduit à leur vallon franchit quatre ponts romains en empruntant le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et laisse affleurer les calades, polies par le passage des troupeaux lors des transhumances.
Au milieu des chênes verts, oliviers, cyprès et des vagues de marnes noires, 12 hectares de parcelles s’imbriquent dans le paysage, chacune étant attribuée à un des onze cépages, parmi lesquels de rares nebbiolo, vermentino, barbera et bianco gentile. « Nous sommes tous les deux passionnés de vins et Jean-Luc a fini deux fois finaliste du concours Ruinart du meilleur jeune sommelier de France, ajoute Eloïse rappelant qu’on a toujours fait du vin au nord de ce département, riche en bonnes terres ».

Rien ne dérange l’harmonie de ce vallon où le nouveau chai et la toute neuve boutique, en pierres provenant d’une ancienne carrière du site, s’intègrent à merveille dans le paysage. Une ancienne bergerie, à la façade couleur écorce, ouvre ses volets bleus entre un tilleul centenaire et deux fontaines anciennes. L’eau de source est acheminée par des canalisations réalisées par les Romains. Un peu à l’écart, deux bergeries  indépendantes accueillent des hôtes dans le premier hébergement œnotouristique des Alpes-de-Haute-Provence.

Bassin chauffé et intimité
Les deux bergeries aux murs de pierres, le Bastidon et l’Oustaou, ont été aménagées avec beaucoup de goût par Eloïse avec l’aide d’artisans locaux et de décorateurs de Sisteron. Chacune est équipée d’une cuisine dotée d’un plan de travail en granit. Le Bastidon, cocon pour deux personnes, offre une chambre-salle de bains avec grande douche à l’italienne et un salon. L’Oustau peut héberger quatre personnes dans deux chambres spacieuses dotées chacune d’une salle de bain lumineuse. « Chaque bergerie dispose d’une piscine privée en contrebas » ajoute Eloïse pointant également le jacuzzi.

Domaine des Bergeries, de l’huile, du vin mais bio

Le printemps arrive et les bonnes nouvelles avec. Lors du concours des vins de Mâcons qui s’est tenu du 22 au 24 avril dernier, sur les trois vins présentés par le domaine des Bergeries, deux ont été médaillés. Une récompense et un encouragement pour Jean-Luc Monteil. Connu du grand public pour avoir exercé les fonctions de vice-président du Medef, dirigeant de la Compagnie financière Colbert, fondateur de monbanquier.com, Monteil se révèle grand passionné de vins. Adolescent rétif au système scolaire, il s’est d’abord orienté vers l’hôtellerie avant de se passionner pour la sommellerie. Aujourd’hui, il accomplit enfin son rêve de faire du vin, là où on n’en fait plus, là où les cépages donnent leur meilleur, là où le sol n’a jamais connu de produits phytosanitaires. Comme les oliviers, les vignes sont conduites en culture biologique, avec pour seul ajout du fumier de mouton. La taille des vignes, la mise en bouteilles, se réalisent dans le respect des cycles lunaires. Les vendanges se font à la main. Les vins contiennent d’ailleurs moins de sulfites que les seuils autorisés en biodynamie (70 mg chez Demeter, NDLR). Quant à l’huile également en vente au domaine, elle est composée principalement d’aglandau, aux fameux arômes d’artichaut et d’amande. Lors de votre prochain passage, vous dégusterez le blanc et les deux rosés 2020, il faudra attendre l’automne pour déguster les rouges de ce même millésime.

Domaine des Bergeries de Haute-Provence – Saint-Jean, 04200 Châteauneuf-Val-St-Donat ; infos au 04 92 61 50 10.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.