Art de vivre

Domaine des Grands Cépages à Sorgues, un concept hôtelier écolo au beau milieu des vignes

Domaine des Grands CépagesDeux aristos écolos et un concept touristique original : voilà comment on pourrait résumer le nouveau rêve écotouristique de Gaspard de Moustier et Emmanuel de La Bédoyère. Après la Franche-Comté et l’Oise, les deux entrepreneurs ont choisi le vignoble de Châteauneuf-du-Pape pour installer leurs cabanes un peu perchées, parfois flottantes et toujours très confortables. “Les cabanes sont toutes équipées d’eau, d’électricité et d’une salle de bain avec douche pour offrir à nos hôtes un confort maximum, expliquent les deux entrepreneurs. Les bois utilisés pour la construction sont le mélèze et le douglas, des matériaux naturels imputrescibles qui ne nécessitent pas de traitement chimique”, ajoutent-ils.

Le projet du domaine des grands cépages a coûté 3 millions d’euros financés à hauteur de 2,5 millions par le duo Moustier/Bédoyère et la commune de Sorgues qui a apporté 500 000 €.
Ce concept hôtelier joliment baptisé Domaine des Grands Cépages (groupe hôtelier Coucoo), offre trois options pour les néo Robinson : des cabanes flottantes, perchées sur pilotis ou végétalisées. Pour une parfaite harmonie avec le décor environnant, l’architecte italien Marco Lavit a vêtu ces élégantes dames de bois d’un style épuré, très méditerranéen avec de grandes ouvertures, pour accentuer l’impression d’une réelle immersion en pleine nature. “Must absolu, inspiré des us et coutumes scandinaves, les bains nordiques Ultra-Bio-Ozone, installés sur les terrasses de certaines cabanes, chauffés à 40°C, 100% écologiques et éco-responsables, pour faire corps avec la nature, se prélasser, et plonger dans le bonheur” sourit Gaspard de Moustier.
Autre prouesse et grande première pour le Domaine des Grands Cépages : la construction d’une cabane flottante auto-suffisante. “Un véritable bijou d’innovation, totalement autonome, green et clean… À adopter en duo pour enfin suivre les pas de Léo ou de Nicolas Hulot – sans laisser de trace ou d’empreinte sur l’environnement bien sûr” enchaîne Emmanuel de La Bédoyère. Et s’il n’est pas autorisé de piquer une tête dans les eaux turquoises du lac de la Lionne (un paradis pour les pêcheurs autour duquel s’épanouissent les cabanes), une piscine biologique à débordement, située au beau milieu des vignes, est accessible à tous.

Enfin, concernant le ravitaillement des troupes, chaque matin et chaque soir (dès l’heure de l’apéritif), des paniers gourmets, concoctés maison avec les meilleurs produits du terroir local, sont livrés par les équipes du domaine aux abords de chaque cabane. On dévore ainsi du locavore, du bon et du bio, façonné avec amour sur les terres agricoles environnantes. Ancré sur son territoire, l’éco-Domaine des Grands Cépages propose des prestations sur-mesure en lien avec la région. Sont ainsi mises en place des dégustations de grands vins de l’appellation châteauneuf-du-pape, des rencontres avec les vignerons voisins, des balades en vélos, des promenades en pleine nature etc.

Coucoo Grands Cépages, 2061, chemin des Pompes, lac de la Lionne, 84700 Sorgues ; infos au 04 88 95 87 58. Tarifs : de 180 à 325 € la nuit petit déjeuner inclus.

Pour s’immerger dans le territoire

A ce jour, Gaspard de Moustier et Emmanuel de la Bédoyère gèrent 4 parc écoresponsables, le Domaine des Grands Cépages à Sorgues ayant été inauguré en juillet 2017. “Ces hébergements flottants, sur pilotis ou enterrés ont, d’une part, permis la réhabilitation d’un site à l’abandon et, d’autre part, immergé le voyageur dans un territoire et des traditions” se félicite Gaspard de Moustier. “Tout est parti d’une rencontre au salon du tourisme en 2014, quand un vigneron m’a approché pour mieux comprendre le concept des cabanes et pour voir comment on pourrait l’implanter à Châteauneuf, raconte au site Tourmag.com l’entrepreneur. Il souhaitait développer l’appellation châteauneuf en créant une offre unique. Les visiteurs passent par le village mais n’y séjournent pas, ne trouvant pas d’hébergement et d’activités à leur goût sur place. Pour pallier le problème, il fallait créer quelque chose de nouveau. Nous avons parcouru la région et j’ai été séduit par cet endroit abandonné et de toute beauté : le plan d’eau de la Lionne. Nous avons travaillé à obtenir toutes les autorisations dont nous avions besoin avant de commencer les travaux en avril 2017. A ce jour, des cabanes flottantes, sur pilotis et troglodytes sont disponibles au public. Dix autres verront le jour d’ici 2019″.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter