Art de vivre

Domaine des Grands Cépages à Sorgues, un concept hôtelier écolo au beau milieu des vignes

Domaine des Grands CépagesDeux aristos écolos et un concept touristique original : voilà comment on pourrait résumer le nouveau rêve écotouristique de Gaspard de Moustier et Emmanuel de La Bédoyère. Après la Franche-Comté et l’Oise, les deux entrepreneurs ont choisi le vignoble de Châteauneuf-du-Pape pour installer leurs cabanes un peu perchées, parfois flottantes et toujours très confortables. « Les cabanes sont toutes équipées d’eau, d’électricité et d’une salle de bain avec douche pour offrir à nos hôtes un confort maximum, expliquent les deux entrepreneurs. Les bois utilisés pour la construction sont le mélèze et le douglas, des matériaux naturels imputrescibles qui ne nécessitent pas de traitement chimique », ajoutent-ils.

Le projet du domaine des grands cépages a coûté 3 millions d’euros financés à hauteur de 2,5 millions par le duo Moustier/Bédoyère et la commune de Sorgues qui a apporté 500 000 €.
Ce concept hôtelier joliment baptisé Domaine des Grands Cépages (groupe hôtelier Coucoo), offre trois options pour les néo Robinson : des cabanes flottantes, perchées sur pilotis ou végétalisées. Pour une parfaite harmonie avec le décor environnant, l’architecte italien Marco Lavit a vêtu ces élégantes dames de bois d’un style épuré, très méditerranéen avec de grandes ouvertures, pour accentuer l’impression d’une réelle immersion en pleine nature. « Must absolu, inspiré des us et coutumes scandinaves, les bains nordiques Ultra-Bio-Ozone, installés sur les terrasses de certaines cabanes, chauffés à 40°C, 100% écologiques et éco-responsables, pour faire corps avec la nature, se prélasser, et plonger dans le bonheur » sourit Gaspard de Moustier.
Autre prouesse et grande première pour le Domaine des Grands Cépages : la construction d’une cabane flottante auto-suffisante. « Un véritable bijou d’innovation, totalement autonome, green et clean… À adopter en duo pour enfin suivre les pas de Léo ou de Nicolas Hulot – sans laisser de trace ou d’empreinte sur l’environnement bien sûr » enchaîne Emmanuel de La Bédoyère. Et s’il n’est pas autorisé de piquer une tête dans les eaux turquoises du lac de la Lionne (un paradis pour les pêcheurs autour duquel s’épanouissent les cabanes), une piscine biologique à débordement, située au beau milieu des vignes, est accessible à tous.

Enfin, concernant le ravitaillement des troupes, chaque matin et chaque soir (dès l’heure de l’apéritif), des paniers gourmets, concoctés maison avec les meilleurs produits du terroir local, sont livrés par les équipes du domaine aux abords de chaque cabane. On dévore ainsi du locavore, du bon et du bio, façonné avec amour sur les terres agricoles environnantes. Ancré sur son territoire, l’éco-Domaine des Grands Cépages propose des prestations sur-mesure en lien avec la région. Sont ainsi mises en place des dégustations de grands vins de l’appellation châteauneuf-du-pape, des rencontres avec les vignerons voisins, des balades en vélos, des promenades en pleine nature etc.

Coucoo Grands Cépages, 2061, chemin des Pompes, lac de la Lionne, 84700 Sorgues ; infos au 04 88 95 87 58. Tarifs : de 180 à 325 € la nuit petit déjeuner inclus.

Pour s’immerger dans le territoire

A ce jour, Gaspard de Moustier et Emmanuel de la Bédoyère gèrent 4 parc écoresponsables, le Domaine des Grands Cépages à Sorgues ayant été inauguré en juillet 2017. « Ces hébergements flottants, sur pilotis ou enterrés ont, d’une part, permis la réhabilitation d’un site à l’abandon et, d’autre part, immergé le voyageur dans un territoire et des traditions » se félicite Gaspard de Moustier. « Tout est parti d’une rencontre au salon du tourisme en 2014, quand un vigneron m’a approché pour mieux comprendre le concept des cabanes et pour voir comment on pourrait l’implanter à Châteauneuf, raconte au site Tourmag.com l’entrepreneur. Il souhaitait développer l’appellation châteauneuf en créant une offre unique. Les visiteurs passent par le village mais n’y séjournent pas, ne trouvant pas d’hébergement et d’activités à leur goût sur place. Pour pallier le problème, il fallait créer quelque chose de nouveau. Nous avons parcouru la région et j’ai été séduit par cet endroit abandonné et de toute beauté : le plan d’eau de la Lionne. Nous avons travaillé à obtenir toutes les autorisations dont nous avions besoin avant de commencer les travaux en avril 2017. A ce jour, des cabanes flottantes, sur pilotis et troglodytes sont disponibles au public. Dix autres verront le jour d’ici 2019″.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.