Art de vivre

« Encatation », le goût de la performance artistique

Encatation

Sans jouer de la litote : vous allez vivre une intense expérience. « Encatation », la performance culinaire qui mêle les talents d’un chef, Alexandre Gauthier (2 étoiles et 5 toques au GM), et les travaux de l’artiste Johann Le Guillerm, se déroulera du 26 au 30 janvier prochain à la Friche Belle-de-Mai. « C’est une traversée à la croisée de deux mondes qui se retrouvent, assure-t-on du côté des Grandes Tables de la Friche, qui promettent un moment unique, intime, personnel et, surtout, une autre manière de goûter ». Le pitch ? « Encatation » est un spectacle où l’on mange mais rien ne s’y déroulera comme lors d’un repas habituel, il n’y aura pas de couverts et vous devrez, à un moment, utiliser vos doigts pour manger. Les spectateurs ne seront pas, en outre, placés avec les personnes qui les accompagnent… Jolie façon de nous prévenir : tous nos repères seront bousculés.

A l’origine de cette idée, il faut aller chercher Fabrice Lextrait, le marseillais qui a noué des liens de longue date avec Alexandre Gauthier, chef de la Grenouillère dans le Pas-de-Calais. Ce dernier, très admiratif du travail de Johann Le Guillerm, y a vu une opportunité  de travailler avec un artiste pour lequel il ne cache pas son admiration. « Alexandre Gauthier connaissait déjà mon travail et nous avons une relation de plus de 10 ans, relate Le Guillerm. C’est lui qui m’a parlé un jour des « Duos » qu’il formait avec les Grandes Tables et de mon côté j’ai ressorti d’anciennes réflexions ». La suite, on la connaît, avec le succès de ces repas scénographiés qui parcourent l’Hexagone depuis 2019, avec déjà une grosse dizaine de villes à leur actif.
Johann Le Guillerm a créé « un observatoire autour du minimal » en 2002 : « J’y fais un point sur le monde, mes croyances et connaissances, explique l’artiste circassien. J’ai voulu faire un inventaire sur le monde mais j’ai vite réalisé la complexité de la démarche, alors je suis parti d’une autre réflexion : de quoi est fait le pas grand chose ? J’ai donc décidé de changer mes modes de perception, développé une forme de connaissance dont je me sers maintenant dans mes projets. « Encatation » est une nouvelle branche dans l’ensemble de mon projet liée à la nourriture. L’information et la perception que l’on a sur un produit autre que le goût seul, ce n’est pas rien, c’est primordial ! « Encatation », c’est ça aussi ».

« Encatation » interroge le rapport qui lie cuisine et arts ; un spectacle où on ne boit pas dans des verres, un truc complètement bizarre où l’artiste invite à faire ce qui ne se fait pas

« Encatation » représente un tour de force logistique et technique. Les Grandes Tables mobilisent quatre effectifs pour ce spectacle qui nécessite 12 personnes en tout dont 5 pour le seul service. « Comme un grand ballet où tout est millimétré et paramétré, ce spectacle est peut-être pire qu’un service classique de restaurant car il ne souffre aucun flottement » assure la chef Marie-Josée Ordener qui sera sur scène également. Au-delà de la gastronomie, vous trouverez à la fin de 1h20 de spectacle ce que vous n’étiez pas venu chercher.

Du 26 au 30 janvier, à la Cartonnerie de la Friche Belle-de-Mai. Tarifs : 22 et 28 €. Production Cirque ici – Johann Le Guillerm. Réservations sur le site de la Friche.

Photos Gwen-Mint

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.