Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

1er Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Eric Cornilleau signe une carte rassurante pour les Arcenaulx

Les Arcenaulx en ont vu d’autres et ce n’est pas une pandémie planétaire qui aura raison de Jeanne et Simone Laffitte. S’en remettant à leur fidèle chef Eric Cornilleau, les deux soeurs, relèvent le défi de l’emporté avec beaucoup d’a propos. Le vendredi c’est aïoli, une évidence en Provence. Un plat qui compte les siècles et qui n’a jamais été aussi contemporain. L’aïoli parvient à l’exploit de fédérer toutes les tribus, les gourous de la cuisine végétarienne version vapeur, aux gourmets pour qui seul le goût compte en passant par les adeptes du sans gluten.

Eric CornilleauLa carte à emporter des Arcenaulx est très « rassurante » et empile les valeurs sûres dès l’apéritif : des moules de tamaris à l’escabèche, une salade de poulpe, un tarama maison, un chèvre fermier 100% marseillais. Les artichauts frais barigoule et petits lardons se laissent manger en un défilé ininterrompu de gourmandise. Les plats, de la soupe de poissons de roche aux pieds paquets, des petits farcis à la terrine de foie gras, défilent sur table comme un festin rabelaisien.
L’aïoli est irréprochable, rien ne manque à l’appel : chou fleur, pommes de terre, carottes, haricots verts, artichauts navets, pois chiches et la fameuse morue dessalée sur laquelle perlent de micro-goutelettes d’huile d’olive. En remplacement des escargots, très présents dans l’arrière-pays, les riverains des côtes préfèrent les bulots-murex qu’on va chercher à la pique recroquevillés tout au fond de leur tortillon. Les cuissons et quantités font naître les sourires de contentement. Les artichauts barigoule aux petits lardons baignent dans un petit jus de cuisson qui imbibe la fleur.

Eric Cornilleau

Chaque bouchée en appelle une autre et nous conduit gentiment mais sûrement au dessert, un fondant chocolat noir et gingembre. Eric Cornilleau a imaginé un gâteau pour les adultes, très intense, très peu sucré, d’un noir aussi profond que la texture est épaisse, fondante et massive. Le gingembre apporte un coup de fouet gustatif et une nervosité que seul un café noir, type Bialetti ou un expresso ristretto parviendra à calmer.
Alors faut-il commander son repas aux Arcenaulx ? Eric Cornilleau a réfléchi ses menus pour que le transfert du restaurant à la maison se déroule à la perfection. L’esprit bourgeois de la vieille maison demeure intact. Quelques tartines de rillettes de sardines aux câpres, bien froides, à l’apéritif, sur un ballon de vin blanc sec et iodé nous conduisent sur les sentiers qu’ombragent quelques pins. La seule chose que Jeanne et Simone ne nous aient proposé, ce sont les cigales et ça, on ne peut pas le leur reprocher.

Les Arcenaulx, 25, cours Honoré d’Estienne d’Orves, Marseille 1er. Aïoli 12 €, gâteau 5 €. Plats du jour 12 €. 
Commandes en ligne sur le site de la librairie-restaurant. et par téléphone au 04 91  59 80 30. Retraits de 11h à 14h et de 17h à 19h.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Un grand merci pour ce très bel article qui met en valeur la cuisine de notre chef Eric Cornilleau.
    Quelle jolie plume, un vrai voyage, comme si l’on y était, bravo !!