Restaurants en Provence

Eric Cornilleau signe une carte rassurante pour les Arcenaulx

Les Arcenaulx en ont vu d’autres et ce n’est pas une pandémie planétaire qui aura raison de Jeanne et Simone Laffitte. S’en remettant à leur fidèle chef Eric Cornilleau, les deux soeurs, relèvent le défi de l’emporté avec beaucoup d’a propos. Le vendredi c’est aïoli, une évidence en Provence. Un plat qui compte les siècles et qui n’a jamais été aussi contemporain. L’aïoli parvient à l’exploit de fédérer toutes les tribus, les gourous de la cuisine végétarienne version vapeur, aux gourmets pour qui seul le goût compte en passant par les adeptes du sans gluten.

Eric CornilleauLa carte à emporter des Arcenaulx est très « rassurante » et empile les valeurs sûres dès l’apéritif : des moules de tamaris à l’escabèche, une salade de poulpe, un tarama maison, un chèvre fermier 100% marseillais. Les artichauts frais barigoule et petits lardons se laissent manger en un défilé ininterrompu de gourmandise. Les plats, de la soupe de poissons de roche aux pieds paquets, des petits farcis à la terrine de foie gras, défilent sur table comme un festin rabelaisien.
L’aïoli est irréprochable, rien ne manque à l’appel : chou fleur, pommes de terre, carottes, haricots verts, artichauts navets, pois chiches et la fameuse morue dessalée sur laquelle perlent de micro-goutelettes d’huile d’olive. En remplacement des escargots, très présents dans l’arrière-pays, les riverains des côtes préfèrent les bulots-murex qu’on va chercher à la pique recroquevillés tout au fond de leur tortillon. Les cuissons et quantités font naître les sourires de contentement. Les artichauts barigoule aux petits lardons baignent dans un petit jus de cuisson qui imbibe la fleur.

Eric Cornilleau

Chaque bouchée en appelle une autre et nous conduit gentiment mais sûrement au dessert, un fondant chocolat noir et gingembre. Eric Cornilleau a imaginé un gâteau pour les adultes, très intense, très peu sucré, d’un noir aussi profond que la texture est épaisse, fondante et massive. Le gingembre apporte un coup de fouet gustatif et une nervosité que seul un café noir, type Bialetti ou un expresso ristretto parviendra à calmer.
Alors faut-il commander son repas aux Arcenaulx ? Eric Cornilleau a réfléchi ses menus pour que le transfert du restaurant à la maison se déroule à la perfection. L’esprit bourgeois de la vieille maison demeure intact. Quelques tartines de rillettes de sardines aux câpres, bien froides, à l’apéritif, sur un ballon de vin blanc sec et iodé nous conduisent sur les sentiers qu’ombragent quelques pins. La seule chose que Jeanne et Simone ne nous aient proposé, ce sont les cigales et ça, on ne peut pas le leur reprocher.

Les Arcenaulx, 25, cours Honoré d’Estienne d’Orves, Marseille 1er. Aïoli 12 €, gâteau 5 €. Plats du jour 12 €. 
Commandes en ligne sur le site de la librairie-restaurant. et par téléphone au 04 91  59 80 30. Retraits de 11h à 14h et de 17h à 19h.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Un grand merci pour ce très bel article qui met en valeur la cuisine de notre chef Eric Cornilleau.
    Quelle jolie plume, un vrai voyage, comme si l’on y était, bravo !!

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.