Restaurants en Provence

Le Flocon de thé : tout comme au Vietnam, les pagodes en moins

flocon de thé

Le premier restaurant Flocon de thé a ouvert sur la place de l’Opéra (angle rue Molière) voilà un peu plus d’un an et, très vite, l’enseigne a essaimé à la rue Breteuil. Voici déjà que la même famille travaille sur l’ouverture d’une troisième adresse, incitant les uns et les autres à se demander qui arrêtera cette tempête de neige… Répondant aux supplications d’une clientèle qui n’a pas envie de cuisiner et souhaite être livrée sans hypothéquer pour autant son patrimoine, Flocon de thé propose une carte vietnamienne délicate, cuisinée du jour à base de produits frais et justement assaisonnés.

A la carte, justement, rien de très novateur, des raviolis frits ou vapeur (parfaits), une soupe pho façon daube, magret de canard ou au poulet, un bo bun nem, du riz frit au boeuf ou tonkatsu japonais. Les végétariens seront à la fête avec des pâtes de riz-tofu-sauce soja et herbes aromatiques, des nems et rouleaux de printemps par exemple. Le principe est simple : on se cale sur le site, on choisit ses plats et on passe commande par téléphone. Ensuite, libre à vous d’aller chercher sur place (rue Breteuil) ou de vous faire livrer. Le bon côté de l’éoparation vous permet de gagner 20% sur la note finale, l’équipe préférant offrir 20% de remise à ses clients plutôt que consentir 30% de prélèvement à Uber Eats ou Deliveroo. Malin…

flocon de thé

Et c’est bon ? Très bon car tout est cuisiné à la commande et c’est léger. Les rouleaux de printemps aux crevettes sont trempés dans une sauce à base de cacahuètes et ouvrent l’appétit. Suit une soupe Tonkin, un bouillon maison dans lequel baignent des nouilles jaunes, des raviolis frits, des lamelles de porc char siu, un demi oeuf mariné et pousses de soja. Quelques herbes fraîches finement ciselées apportent une note végétale fine et colorée.
Alors faut-il y commander ? Trois fois oui car tout est bien ficelé et le sac arrive à destination en parfait état. Oui car le dessert, un chè, sorte de riz au lait à la vietnamienne au lait de coco, morceaux de fruits et des perles du Japon, apporte une touche finale gourmande très heureuse. Oui enfin car le rapport qualité-prix est ultra satisfaisant, deux repas complets se négociant aux environs de 15 € par personne. Le petit coup de coeur de la semaine.

Commande et livraison gratuite à partir de 20 € dans un rayon de 5 km ; 09 88 30 63 87. 15-18 € par personne.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter