Restaurants en Provence

Piacere, la pizza plaisir tout simplement

piacere

En décembre dernier, un petit nouveau dans l’univers pizzaiolo de Marseillais invitait Ludovic Turac devant son four. L’association entre deux jeunes, aux approches culinaires, certes différentes, mais partageant quelques valeurs communes, parmi lesquelles celles de la bonne humeur et du goût, était séduisante. Passée la fête, passé le saint, c’est avec curiosité qu’on ira chercher quelques pizzas chez Piacere pour le déjeuner du samedi. La pizza, c’est bon à midi le samedi… La vie est faite de ces petits rituels bons pour le moral.
Cette pizzeria se revendique populaire, un détail qui fait sourire quand on s’établit dans le 8e arrondissement avec un goût prononcé pour le marketing. Sur le site web, une carte très alléchante faite de suggestions simples (Marinara Antica, sauce tomate à l’origan frais, ail frais, huile d’olive extra-vierge ; classic Margherita à la mozza fior di latte, basilic frais, filet d’huile d’olive extra-vierge) ou élaborées comme la salsiccia-melanzane (sauce tomate, saucisse italienne artisanale, aubergines frites, pistou au mortier, parmesan 30 mois, basilic frais et stracciatella des Pouilles). On sent la patte et les conseils en résonnance du cuisinier du Vieux-Port.

Le bon truc, quand on ramène ses pizzas tièdes à la maison, consiste à la faire réchauffer à sec à la poêle, à vif. Ça leur redonne un coup de fouet façon juste-sorti-du-four pour un plaisir intact. La pizza aux anchois de Cantabrie s’arrose d’huile pimentée et peut très bien se partager en guise d’apéritif avec une belle salade verte type roquette (qu’on égaiera de copaux de parmesan et d’un trait de balsamique). Une très belle association entre le gras des anchois et l’amertume de la salade. Pour entretenir cette nervosité qui excite la bouche, la diavola se compose d’une mozza fior di latte et ‘Nduja (soubressade napolitaine piquante) à laquelle on ajoute quelques feuilles de basilic frais et du salami Spianata Calabrese, piquant forcément.
Alors faut-il y commander ? Oui car la pâte est fine, ave un trottoir croustillant très étonnant. Oui car les recettes sont proposées à base de produits sains aux origines certifiées comme les farines bio et la tomate san Marzano. Oui, enfin, car même réchauffées, les pizze résistent bien à la poêle et s’acquittent de leur mission. Une bonne maison que vous pouvez rajouter à votre liste d’adresses à fréquenter.

Piacere, 283, avenue du Prado, Marseille 8e arr. Du lun au dim. de 12h à 22h. De 8 à 19 heures.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Vite lu

La ceinture Miam a été imaginée et dessinée par Isabelle Crampes (société deTOUJOURS), adaptée par le cuisinier Armand Arnal (la Chassagnette à Arles) et est fabriquée par La Botte Gardianne. Isabelle Crampes est à la tête d’une boutique en ligne qui sélectionne des pièces originales de vêtements issus de métiers, de sports ou de traditions régionales que l’on aime s’approprier dans une mode du quotidien. Hors des calendriers du prêt à porter, de Toujours est un conservatoire vivant de l’histoire du vêtement. Après avoir été commissaire de l’exposition “Vêtements Modèles” au Mucem (Juin-décembre 2020) Isabelle Crampes s’est entouré du chef Arnal et de la Botte Gardiane, maison de savoir-faire spécialisée dans le cuir, pour concevoir cette ceinture multipoches 100% camarguaise en cuir de veau naturel contenant jusqu’à 8 poches à couteaux. Une création exclusive qui libère les mains ! En vente 450 €, sur commande (délai maxi 6 semaines), cuir naturel ou noir.