Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

Restaurants en Provence

Fratelli, une équipe et une carte comme une ode à l’Italie

Le Malthazar n’est plus, vivent les Fratelli ! Les « frères »… Un joli nom de restaurant comme pour nous rappeler qu’ici l’équipe est soudée et enthousiaste, 100% italienne et fidèle à celui qui l’a portée sur les fonts baptismaux. Car s’il n’aime guère se mettre en avant, Jean-Christophe n’en est pas moins un passionné de bonnes choses. Dentiste de formation, il a tout plaqué voilà moins de 5 ans pour se consacrer corps et âme à sa passion. Le succès de son premier restaurant à Saint-Rémy-de-Provence a poussé cet entrepreneur gourmet à s’imaginer sur la rive gauche du Vieux-Port. « Mais je n’aime guère parler de moi » lance-t-il tout en esquissant un revers de la main.

FratelliL’accueil est charmant, le service délicieux. Roberto, 24 ans tout juste, est né à Turin et voit en Marseille la Naples française. Le cuisinier, Antonio Oresta, a quitté la botte à 19 ans pour Paris ; lui aussi, il a le culte du produit. Il se cache derrière des compositions étonnantes, vouant à chacun des ingrédients de multiples fonctions, gustative, décorative pour des recettes à géométrie variable.
« Maman est originaire de Parme, d’où ma facilité à trouver et ramener en France de bons produits » lance Jean-Christophe. Ce dernier, a truffé sa carte de beaux produits dénichés auprès d’artisans et producteurs épris de qualité. Le cousin Giorgo Tanara, vice-président du consortium de Parme, a sélectionné les meilleurs jambons ; les charcuteries culatello, fiocco, guanciale, sont élaborées à Felino, petit village près de Parme ; le Parmigiano Reggiano fait la fierté de deux frères producteurs de la ferme La Riana di Boldini, les riz carnaroli et noir pour risotto sont signés Riso Buono (à Novara). Un inventaire pantagruélique…

FratelliEt la pasta ? Les pâtes fraîches sont préparées et façonnées, chaque jour dans les sous-sol du restaurant. Les pâtes aux trois fromages (crème de gorgonzola, de parmesan et de peccorino) n’en sont que meilleures ; à base de blé dur, ces pâtes fondantes accrochent la sauce avec une saveur unique salée, fine et lisse. Elles sont voluptueuses, une assiette comparable à un velours rouge qui draperait un marbre antique. Le risotto aux fruits de mer raconte la pêche du jour, palourdes, gambas, moules, sardines… des miettes de pain au charbon ceignent l’assiette qui est joyeuse et de belle tenue avec quelques pointes de parmesan bien dosé.

FratelliAlors faut-il y aller ? Oui parce que pour la première fois, il se dégage de ce repas un-je-ne-sais-quoi de très personnel et authentique. Le tiramisu joue le contraste avec son biscuit imbibé tiède et les éclats de chocolat noir fondant. Rien n’est nouveau et tout est nouveau à la fois et c’est l’entière difficulté de l’exercice. Il en va de même du service qui, de l’accueil au départ, se révèle débordant de gentillesse. A la table d’à côté, deux types ont demandé du coca pour accompagner le repas. Il en fallait du professionnalisme pour ne rien laisser transparaître…

Fratelli, 19, rue Fortia, Marseille 1er ; infos au 04 91 33 42 46. Fermé le dimanche. Déjeuner 18 et 24 €. Carte 35 €.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Vraiment un restaurant très moyen, la cuisine n’est pas exceptionnelle loin de là. Le service très froid pas sympa à part la jeune fille de l’accueil il est trop rapide malgré nos demandes de calme dans la suite des plats ça va trop vite, mauvais choix de musique, carte des vins trop réduite, trop chère pour la qualité des vins, très très déçus de notre soirée nous étions 4 et tous du même avis. Une pâle copie du Fratelli de Saint-Rémy et surtout des restaurants du Groupe Mama moi qui réside moitié moitié entre bali et le Salento a part l’accent des serveurs c’est la seule chose qui ressemble à l’Italie. Fuyez