En direct du marché

La fromagerie Froumaï ouvrira au 150, la Canebière

C’est avec une émotion teintée de joie que Manon Armand annonce l’ouverture de sa fromagerie Froumaï dans la première quinzaine du mois de décembre prochain. Installer une fromagerie sur la Canebière, c‘est la concrétisation d’un rêve pour cette jeune entrepreneuse qui voulait conduire sa propre boutique et se faire une place dans le monde des fromagers marseillais. “Lorsque j’ai pris la décision de m’installer à Marseille, il y a quatre ans, on comptait seulement trois fromagers pour la ville, dit-elle. On en recense onze à ce jour !”, une preuve de l’engouement des citadins pour le fromage et ses dérivés, de l’engouement pour des produits tracés dont la qualité est certifiée.

Native de Villelaure, petit village voisin de Cadenet dans le Vaucluse, Manon Armand a quitté la Provence pour Lyon à 20 ans, afin d’y suivre des études de communication et marketing. Après des années passées à Londres et au Danemark, titulaire d’un master 1 et 2, Manon a commencé à réaliser des études de marché pour une entreprise du secteur médical. “Au bout de quelque temps, je me suis dit que passer 40 années comme ça derrière un bureau, ça allait être compliqué, reconnaît-elle. Le déclic est venu de cette fromagère qui ouvre une boutique, au pied de l’immeuble où Manon réside à Lyon : – C’était tout joli, mignon et nous avons beaucoup parlé. Pour quelqu’un comme moi qui se passionne pour le fromage, c’était le modèle à suivre”.

80 % de chaque filière fromagère appartiennent aux mastodontes de l’industrie, je ne veux pas travailler avec ces géants”

Manon Armand

S’en suivra une certification de qualification professionnelle et une quête de 4 ans pour toucher enfin au but. Carine Kaloudjian qui tient enseigne à Saint-Giniez, repère Manon Armand et lui propose de venir travailler. Les deux femmes exerceront ensemble pendant 3 ans en tout, la passion de l’une nourrissant l’enthousiasme de l’autre. “Je cherchais une boutique dans le périmètre des Réformés et j’ai fait beaucoup de porte à porte mais rien ne me séduisait jusqu’à ce que je tombe sur cette adresse, au 150 de la Canebière, super bien située” explique Manon Armand qui présente un bel espace de 50 m2 et une cave de 15-20 m2, l’outil idéal pour affiner. Ne négligeant rien pour parvenir à ses fins, la jeune femme a aussi lancé une campagne participative sur Mimosa afin de s’offrir le meilleur du matériel pour la conservation, l’affinage et la présentation de ses produits.

Côté produits, Manon Armand affiche une volonté et une rigueur rares : – 80 % de chaque filière fromagère appartiennent aux mastodontes de l’industrie, je ne veux pas travailler avec ces géants. Il me faut donc recruter mes fournisseurs parmi les 20% de producteurs encore indépendants”. Aux premiers jours, Manon annonce de 80 à 100 références et reconnaît que la période est délicate : – En dépit du confinement et des interdictions d’ouverture, ouvrir en décembre la fromagerie Froumaï, c’est capital pour un fromager”, avertit-elle. Outre les fromages, un choix pointu de produits crémiers (beurre cru, yaourts artisanaux, fromage blanc) voisinera avec une sélection d’épicerie fine, des produits “dénichés dans la région Paca, des confitures de Nice, de l’huile d’olive de Cadenet, de tapenades, des miels”, énumère Manon. Le meilleur est à venir.

Fromagerie Froumaï, 150 la Canebière, Marseille 1er arr. ; infos au 06 12 50 07 25 et 04 91 48 79 54. Ouverture, première quinzaine décembre 2020. FB et Insta : fromageriefroumai

2 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Merci pour ce bel article, documenté, bien écrit et enthousiaste sur l’ouverture prochaine de Froumaï. On a hâte de goûter les bons fromages et produits de Manon. Vivement l’ouverture ! Marine

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la ville implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit...
9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Juris food Le prochain déjeuner Juris food aura lieu le lundi 4 octobre et accueillera Aïcha Sif, adjointe au maire de Marseille en charge de lʼalimentation durable, de lʼagriculture urbaine, des terres agricoles, des relais nature et des fermes pédagogiques. Sébastien Barles, adjoint au maire en charge de la transition écologique, de la lutte et de l'adaptation au bouleversement climatique et de l’assemblée citoyenne du futur comptera également parmi les invités. Ils expliqueront les politiques de la ville de Marseille en matière d'alimentation durable et de transition écologique. Inscription obligatoire jusqu'au 29 septembre. Le déjeuner sera servi au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e, parking du Pharo).Paf : 29 € par personne, payable sur place par CB ou espèces (passe sanitaire obligatoire). Infos au 06 18 03 60 95.

Abonnez-vous à notre newsletter

Shabbat dinners rend hommage à la pleine diversité de la cuisine juive. Ce livre propose un voyage initiatique, spirituel et gourmand, à vocation universelle : faire revivre aux uns les émotions et saveurs des souvenirs de shabbat de l’enfance, apporter un souffle neuf dans les repas du vendredi soir ; inviter les curieux à découvrir la richesse de ces spécialités et adopter ce rituel synonyme de pause, de temps pour soi et les siens. Vanessa Zibi et Leslie Gogois ont tissé un répertoire culinaire authentique de plus de 90 recettes de famille, d’amis, de chefs. Des recettes iconiques séfarades et ashkénazes, mais aussi des plats plus modernes, inspirés du courant israélien, dont certains ont été pensés pour les enfants. Des recettes de shabbat pour les fêtes du calendrier juif (Pessah, Rosh Hashana, Pourim…), et des pas à pas pour réaliser les indispensables hallots (pains tressés). Shabbat dinners, 324 pages, La Martinière Ed., 39 €