En direct du marché

Savim d’automne 2020, ce sera le drive sinon rien

Savim d'automne 2020
Une image qui appartient au passé, quand le public se pressait dans les allées. Cette année, on ne quittera pas sa voiture

Mi-figue et mi-raisin, cette édition automnale du salon des vins et de la gastronomie aura le goût du trop peu ou du pas assez. Oubliés les cinq journées dans les halls 1 et 2 du parc Chanot, le Savim d’automne 2020 s’envisagera en mode drive les 5 et 6 décembre de 9 heures à 17 heures. Explications.

« Nous avons eu plusieurs réunions par visioconférence avec le préfet et les cadres du parc Chanot pour mener des discussions très techniques, explique Philippe Colonna. Je dois reconnaître que le préfet nous a agréablement surpris par son écoute et son ouverture au dialogue. Il nous a affirmé être conscient de l’impact du Savim dans le paysage économique et son importance de premier plan pour les petits producteurs » poursuit le créateur du salon. Des entretiens, il ressort que le protocole sanitaire que Philippe Colonna et son fils, Florent, avaient mis sur pied conjointement avec les exploitants du parc Chanot ne rendait pas possible la tenue d’un Savim d’automne 2020 en novembre ou en décembre. La préfecture a donc cherché à couper la poire en deux en donnant son feu vert pour une solution drive.

« Nous allons regrouper les exposants et leurs marchandises dans le hall 3, prévient Colonna. Il est clair qu’on demandera à ces derniers une participation pour l’organisation mais en aucun cas nous ne maintiendrons les tarifs initiaux pour 5 jours de salon classique ». Il n’empêche, cette solution n’empêchera pas la casse : sur les quelque 430 exposants inscrits au Savim d’automne 2020, seuls 100 d’entre eux devraient participer à ce drive sur deux jours. En cause : l’impréparation de ces artisans aux nouvelles formes du commerce. En effet, peu d’entre eux ont pensé, les années précédents à se constituer un fichier comptant les noms, adresse, mail et téléphone de leurs clients. Sans fichier, comment contacter ses clients, leur envoyer un catalogue, des tarifs, prendre leurs commandes ? « Sans fichier clients, sans site internet, il est impossible à plein de producteurs et d’éleveurs de venir, regrette un familier du salon. Ceux qui venaient faire du simple commerce ne sont plus à la hauteur de la situation ; c’est un travail de fond qu’il fallait mener depuis des années ».

« J’élève  mes bêtes 18 heures par jour »
Philippe Colonna, lui, ne cache pas sa tristesse : « La vie ne sera plus jamais la même et je crois que nous devrons toujours nous préparer au pire. Je crois qu’on ne peut plus travailler seuls et qu’il faut constituer des équipes, partager, croiser des fichiers clients par exemple, mutualiser les dépenses… Il va falloir échafauder de nouvelles stratégies et de nouvelles solutions ». Un exposant contacté par téléphone ce 5 novembre au matin, ne cache pas son désarroi : – Je suis bien conscient que Facebook et Instagram sont les armes des petits qui peuvent contacter une communauté de plusieurs milliers de gens mais il faut du temps pour ça ! Moi, je passe 18 heures par jour avec mes bêtes pas sur un clavier ».

A cette heure, on sait que le drive se tiendra les 5 et 6 décembre et Philippe Colonna note combien cette opération sera lourde à gérer : – Les clients vont commander leurs produits en amont aux exposants qui prépareront les colis. Ensuite, il nous faudra gérer un flux de voitures qui viendront toutes chercher en même temps leurs commandes, on n’a jamais fait ça, c’est une première ». Le changement d’époque tant annoncé serait-il arrivé ? Le Savim d’automne 2020, lui, se vivra au volant…

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter