En direct du marché

Pop ice Cream, les glaces et sorbets qui font fondre Maussane

Pop ice cream Comment apporter un peu de chaleur et de fraîcheur aux Provençaux ? En leur proposant des desserts glacés ! Pop ice cream, est une petite échoppe avec pignon sur rue en plein village de Maussane, un « concept encore en totale évolution » souffle Angélique qui a longtemps travaillé dans la création de concepts de marques et l’accompagnement dans le développement de franchises. Angélique et Sébastien ont servi leurs premiers clients le 24 juin dernier, en leur proposant 18 parfums de glaces et sorbets renouvelés chaque jour parmi quelque trente recettes.
« Nous travaillons avec des matières premières qualité » assure-t-elle, racontant la provenance ardéchoise des laits fermiers, les pistaches cultivées sur les pentes de l’Etna en Sicile, les fruits du Jardin des Alpilles, réputés pour ses provenances locales, et tant d’autres petits secrets qui résonnent comme autant de motifs de fierté.

Pop ice cream Pas de poudres et encore moins de supplémentations, les sorbets onctueux à défaillir, font toute la fierté des deux associés. Derrière sa vitrine colorée, Angélique pointe de gros cakes vendus à la part en déclinaison saisonnière, des guimauves, meringues, des pâtes de fruits, « une kyrielle de douceurs réconfortantes et fruitées » sourit-elle, ajoutant que leur réalisation a été confiée à un ami pâtissier œuvrant dans le respect des codes artisanaux. « Sébastien travaillait dans une concession automobile, poursuit Angélique, et il voulait tout quitter pour faire de la glace, dit-elle. Nous avons donc longtemps réfléchi, pesé le pour et le contre, et tout s’est joué rapidement en trois mois ».

Cet été, le subtil parfum chèvre-figue, la pistacchiosa (glace ricotta ganache pistache) et la noisette-ganache gianduja concurrenceront les indétrônables chocolat, vanille, fraise et citron mais une chose est sûre, l’accueil chaleureux du couple sera tout aussi délicieux que ses glaces.

Pop ice Cream, 78 b, avenue de la Vallée des Baux, 13520 Maussane-les-Alpilles ; infos au 06 47 31 26 63. Vente à emporter au litre et demi-litre.

A lire : une sélection de bonnes adresses à Maussane-les-Alpilles et dans les environs.

Photos Priscilla Da

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.