Magazine

Juris food, association de professionnels en lien avec la gastronomie, est née

juris food

Une nouvelle association gastronomique est portée ces jours-ci sur les fonts baptismaux à Marseille. Ou plutôt « un nouveau réseau professionnel sur le thème de l’alimentaire, de la restauration et la gastronomie afin de regrouper et fédérer des professionnels de ce secteur, des porteurs de projets ainsi que des partenaires spécialisés » précise Olivier Comte, avocat et passionné de cuisine. Les statuts viennent d’être déposés en préfecture tout comme le nom, Juris food, qui a fait l’objet d’une déclaration à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) ajoute le juriste qui commence à lancer les appels à adhésion.

Entre autres vocations, Juris food cherchera à fédérer des personnalités sensibles aux problématiques de l’alimentation « et des personnalités transversales, complète Stéphanie Lieutaud, membre du bureau de l’association. Nous réunirons des gens qui ont un intérêt commun pour l’alimentation, nous entretiendrons les échanges sur le vécu et les expériences professionnelles », poursuit-elle. Dans un esprit comparable au Cercle de l’immobilier ou de Solumed (le club d’échanges et de partage pour générer des synergies et des projets dans le domaine de la santé), Juris food mêlera les expertises en matière juridique, comptable, financière, immobilière, architecturale, informatique et globalement tous les services pouvant être utiles dans les secteurs de la restauration (management, marketing, publicité, organisation). « Aujourd’hui, la question de l’alimentation fait l’objet d’un enjeu sociétal ; se nourrir est aussi primordial que la santé et les questions qui gravitent autour » analyse Olivier Comte, par ailleurs membre fondateur du Conservatoire des cuisines méditerranéennes et sympathisant Slow Food versé dans les cuisines créoles.

Concurrente de Gourméditerranée ?
Une fois par mois se tiendra une réunion thématique lors d’un déjeuner, un rendez-vous de la mi-journée pensé comme un rituel avec une intervention de 20-25 minutes avec la possibilité d’échanger et partager les expériences. Quatre fois par an, chaque trimestre, une réunion sur le thème d’un produit permettra de rencontrer un ou plusieurs producteurs, d’évoquer ses aspects culturels et son économie. « A terme, nous aimerions créer un rendez-vous sportif – autour du vélo, pourquoi pas ? -, sur le modèle de la Juris cup » se prend à rêver Olivier Comte.

L’équipe fondatrice insiste  sur l’idée que Juris food ne sera pas une association de cuisiniers et encore moins une « association corporatiste ». Même si des cuisiniers de renom, Guillaume Sourrieu (chef de l’Epuisette), des cavistes et des traiteurs (la Fabriquerie), ont déjà rejoint les rangs, « les restaurateurs ne seront pas majoritaires » assurent les fondateurs. Il n’empêche, cette naissance arrive à un moment où, plus que jamais, l’ambiance délétère au sein de Gourméditerranée menace cette dernière d’implosion. Les dissensions, rivalités et luttes d’ego sont un secret de polichinelle et beaucoup s’inquiètent de l’avenir de cette association. Trop de chefs et pâtissiers en sont partis et trop de chefs et pâtissiers devraient y figurer. La confraternité clamée sur tous les toîts aux premières heures semble un lointain souvenir. L’arrivée sur la place de Juris food pourrait-elle amplifier l’hémorragie des adhésions ? On peut légitimement se poser la question.

Thématique de la première réunion : « Les épidémies COVID 19 et les pertes d’exploitation ». Questions relatives à toute adhésion auprès de Stéphanie Lieutaud, 06 18 03 60 95.

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonjour,

    Contrairement à ce qui est indiqué en deuxième partie de cet article, Juris Food n’est en aucun cas un concurrent de Gourméditerrannée dont nous n’avons même jamais prononcé le nom lors de notre conversation téléphonique.

    Bien au contraire, Juris Food se veut partenaire de toutes les associations déjà existantes dans le secteur de la restauration avec lesquelles elle entend entretenir les meilleures relations.

    Les commentaires concernant Gourmediterrannée n’émanent en aucun cas d’un membre de Juris Food.

    L’équipe de Juris Food

    • L’article n’a jamais dit que Juris food serait concurrente de Gourméditerranée. L’auteur pose la question : Est-ce que Juris food serait concurrente de Gourméditerranée ? Le lecteur fait la différence entre les citations des personnes interviewées (incontestables) et les commentaires du rédacteur. Par ailleurs, il est écrit dans l’article : « Juris food cherchera à fédérer des personnalités sensibles aux problématiques de l’alimentation et des personnalités transversales (…) Nous réunirons des gens qui ont un intérêt commun pour l’alimentation, nous entretiendrons les échanges sur le vécu et les expériences professionnelles” (…) Dans un esprit comparable au Cercle de l’immobilier ou de Solumed (le club d’échanges et de partage pour générer des synergies et des projets dans le domaine de la santé), Juris food mêlera les expertises en matière juridique, comptable, financière, immobilière, architecturale, informatique et globalement tous les services pouvant être utiles dans les secteurs de la restauration ».
      Les propos des fondateurs de Juris food sont clairs et précis.
      Par ailleurs, l’auteur de l’article précise : « Juris food ne sera pas une association de cuisiniers et encore moins une “association corporatiste”.
      Les choses sont claires et n’incriminent en rien les membres de cette jeune association balbutiante.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.