Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Kalank, la petite Marseille de Patrick, à Paris

Kalank, restaurant marseillais à Paris

C’est une enclave de soleil boulevard de Charonne, le restaurant d’un Marseillais « monté » à Paris à 27 ans et qui, finalement, s’y sent bien.  « Toute ma vie, je me suis beaucoup amusé, confesse Patrick Sacchetti. J’ai toujours été dans le commerce, l’ameublement et la décoration. Je mangeais tous les jours au resto, midi et soir, cinq jours par semaine ; un jour, j’en ai eu marre et j’ai décidé de déjeuner chez moi, dans mon propre resto ». Kalank est né et a accueilli ses premiers clients en juin 2022.
Dans une ambiance sudiste, la carte flirte avec les rives du bassin méditerranéen, du Languedoc à la Provence avec quelques incursions en Italie, « parce qu’il y a, là-bas, des produits uniques ».

Kalank, le duo Key Miura et Patrick Sacchetti restaurant marseillais à Paris

En cuisine, le chef Key Miura accompagne l’équipe depuis les premières heures. « C’était pas le casting de départ, on pensait recruter une femme d’origine italo-provençale et puis Key s’est présenté et ça a été notre bonne surprise », s’amuse Patrick Sacchetti. Passionné par la cuisine méditerranéenne, le chef japonais a beaucoup travaillé dans des établissements italo-français de Tokyo pour s’imprégner de la philosophie gastronomique hexagonale. La passion a fait le reste. « Il est libre et fait ce qui l’inspire mais il respecte une règle : ne pas utiliser d’ingrédients japonais car je ne veux pas entendre parler de cuisine fusion », prévient Patrick.

Kalank, de la Belle-de-Mai à Charonne

Friture de poulpe pané, aïoli et salade concombre, carpaccio de veau grillé-anchoïade et tomme de brebis-tapenade, gigot d’agneau rôti aux herbes de Provence ou PaPaëlla (comme un risotto aux fruits de mer et au safran) : Key Miura est libre de ses approvisionnements, des poissons de Rungis aux marchés du boulevard de Charonne et du cours de Vincennes voisins, « à lui de trouver les meilleurs produits »

Kalank, restaurant marseillais à Paris, assiette de poulpe

« Ce qui me manque, ce sont les balades en bateau dans les calanques »

Patrick Sacchetti

De son côté, en guise de clin d’œil à sa Provence d’origine, Patrick a sélectionné quelques produits d’épicerie pour ramener un peu de l’esprit Kalank à la maison, « c’est une façon gourmande de se rappeler de nous ». Les spiritueux de Guillaume Ferroni, des Distilleries et Domaines de Provence (pastis Henri Bardouin, Rinquinquin, Orange Colombo), le Petit bleu de la Liquoristerie de Provence… « Je m’occupe personnellement de la cave, avec une sélection de côtes de Provence, deux cassis, quelques châteauneufs-du-pape. Ce sont avant tout des vins qu’on aime, des bouteilles de vignerons qu’on est allé visiter, rien qui ne soit à la mode », prévient le patron.

Patrick est né à la Belle-de-Mai voilà 53 ans. De son accent, les Marseillais disent qu’il l’a perdu « mais les Parisiens disent que je l’ai gardé ». S’il « redescend » deux à trois fois par an pour voir la famille, les producteurs et des vignerons, le quinca confie que sa vie est désormais parisienne, « je ne sais pas si un jour je reviendrai à Marseille. Peut-être quelque part dans le Sud ? ». Et ce qui lui manque le plus ? « Partir en bateau dans les calanques avec ma sœur en week-end. Quand je la vois en photo sur notre petit bateau aux Embiez, ça me fout les boules ».

Kalank, 52, boulevard de Charonne, Paris XXe arr.  Infos au 01 43 73 60 96. Déjeuner de 21 à 28 € ; dîner, de 41 à 56 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.