En direct du marché

La Comédienne lance une bière sour à la purée de poires

La Comédienne

Une bière de printemps à la poire, bio et locale, fraîche et acide. C’est la toute dernière création de Thomas Le Roux à la direction de la brasserie avignonnaise, la Comédienne. Cette nouvelle référence, éphémère par définition, est actuellement présentée au grand public et commence à titiller les amateurs de bières de type sour. « C’est un style très ancien qui se démocratise, c’est une famille de bières plutôt acides qui se brassent souvent avec des fruits, prévient Thomas. A boire, c’est très rafraîchissant ».

De la terre jusqu’à l’étiquette, cette bière est un pur produit vauclusien. « Pour cette bière acidulée, je suis allé voir Charlotte Trossat qui dirige la société Local en Bocal. Elle s’est spécialisée dans le rachat et le travail de fruits et légumes moches qu’elle transforme en purées, compotes et autres recettes », explique Thomas qui s’est immédiatement vu proposer une purée de poires bio. Une aubaine pour La Comédienne qui a opéré un virage 100% bio 6 mois après son lancement en octobre 2017. A ce jour, la gamme des bières la Comédienne compte 4 références permanentes et plusieurs autres cuvées éphémères. « En ce moment, j’ai 12 références en tout » avance le brasseur avignonnais qui a été fortement impacté par la crise Covid : – Nous travaillions avec les cafés, les restaurants, les salles de spectacles qui ont longtemps été fermés. Avec la reprise de l’activité touristique, les clients en épiceries bio et l’événementiel, tout redémarre » se réjouit le chef d’entreprise, seul à la barre mais qui envisage de recruter. « Je vais commencer par embaucher quelqu’un à la production et je réfléchirai ensuite à créer un poste de commercial ».

Ventes à la hausse
Dans un secteur très dynamique de micro-brasseries qui éclosent un peu partout, taillant de sérieuses croupières à l’industrie du houblon, la Comédienne a délimité sa zone d’activité à Avignon et à sa grande couronne, « nous sommes estampillés bio et il nous paraît logique de limiter nos déplacements. On fait le pari du 100% local » confie Le Roux. Avec une production de 500 hectolitres en 2021 et un objectif de 800 hectolitres pour 2022, la bière made in Avignon, aborde l’été sous le signe de la sérénité.

Brasserie La Comédienne, 135, avenue Pierre-Semard, 84000 Avignon. Infos au 04 90 87 53 45. Bières de 3 à 5 € les 33 cl. Bière à la poire, 4 € les 33 cl.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.