Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Magazine

Marianne et Alexandre ont vendu la Marine des Goudes

Derniere soirée à la Marine des Goudes, la photo de famille le 6 février 2023

Marianne et Alexandre ont vendu la Marine des Goudes. Le petit restaurant du village de pêcheurs a été racheté par l’équipe du restaurant Sépia et de la sandwicherie Cécile (à Malmousque). Après la vente du Grand Bar des Goudes, c’est un autre établissement mythique qui change de mains et il y avait ce mardi 6 février au soir, foule à la Marine pour célébrer ce départ : – Il y avait tous les Goudois, des clients, des pêcheurs, certains fournisseurs, des anciens employés, des amis et la famille… Tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à l’aventure », explique Marianne.

Pour l’instant, de son propre aveu, le jeune couple de trentenaires avoue n’avoir pas trop réalisé, « bien sûr que c’est émouvant quand on y pense mais là, on est dans le grand nettoyage-vidage… C’est plus tard que ça peut être émouvant. Ce sont quand même 8 années de vie ! ». Marianne s’est lancée dans l’aventure il y a 8 ans avec un associé qui, un an plus tard, a été remplacé par son mari. Un petit garçon et une petite fille, respectivement 4 et 2 ans, ont agrandi la famille et c’est aussi pour eux que le couple a décidé de larguer les amarres.

De la Marine des Goudes au Mas dans le Luberon

« Nous aspirons à un confort de vie et surtout plus de liberté pour eux, on veut leur donner plus d’espace que ce que la ville peut leur offrir pour grandir, dit Marianne. Nous allons leur inculquer des valeurs, les valeurs de la terre, du potager ». Pour bien faire, le couple envisage de se retirer dans le Luberon et commence à rechercher un mas, une bastide à rénover « pour en faire une chambre d’hôtes avec une offre petit-déjeuner. On a quelques vues sur une maison avec beaucoup d’espace qui nous permettrait d’accueillir des événements ou des mariages mais, pour le moment, nous n’en sommes qu’au début de la recherche ».

« C’est sûr, on reviendra »

Et la restauration ? « Surtout pas, à moins que de temps à autres on organise un repas » et surtout « plus de salariés. Nous travaillerons avec des prestataires ou tous les deux », annonce Marianne sur un ton catégorique. En hiver, la Marine des Goudes tournait avec 8 personnes et, en été, l’effectif s’élevait à 15 personnes. Le couple n’abandonne pas le village pour autant et garde son cabanon aux Goudes : – On y viendra pour profiter de la mer parce que pendant toutes ces années, on n’a pu que la regarder… Et puis on ira au bar pour prendre l’apéro, on ne peut pas quitter le village ». Et nous, on n’oubliera pas les pâtes aux clovisses.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.