Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Art de vivre

LABC, sandwicherie aux ambitions hyper quali

Camille et LABC place Notre-Dame-du-Mont

LABC a ouvert place Notre-Dame-du-Mont fin juillet dernier. Ce lieu qui fut tour à tour mercerie puis disquaire 8 années durant, héberge désormais une équipe cool portée par un goût immodéré pour le sandwich. « C’était un rêve qui a été rendu possible grâce au soutien de la famille et de très proches, souffle Camille qu’on a déjà pu croiser chez Placette (2e arr). On a nous-mêmes conduit les travaux », poursuit-il désignant un bel espace blanc aux touches vertes. L’équipe promet une sandwicherie qui vise la qualité « avec des tarifs accessibles », comprendre des sandwiches à moins de 10 €. « Mais tout est fait maison et les recettes sont régulièrement renouvelées » avec un fresh hot-dog pain brioché-saucisse et ketchup maison, un gyptis dwich au pain bun-maouri-tomates et olives de Kalamata. Camille s’est rapproché de la torréfaction Tisserie d’Endoume pour ses cafés de spécialité, des expressos déclinés froids, chauds, latte etc. « On accueille des gens du quartier bien sûr mais également ceux qui bossent à proximité, les touristes et des gens de passage ».

Les sandwiches servics chez LABC

« Le paysage marseillais s’uniformise un peu, concède Camille qui, pour y remédier, a décidé de proposer des recettes orientées vers la mer, de renouer avec des sauces locales type aïoli, des pan bagnat voire des fricassées. Et puis j’aimerais beaucoup travailler en sous-vide, ça donne des résultats très intéressants et ça conserve la tendreté des chairs ». Tout au long de l’après-midi, les cartes salées et sucrées se mêlent au rythme des commandes passées depuis la petite terrasse : – Dans quelques jours, quand nous aurons rôdé les recettes, on proposera des choses un peu oubliées comme la fougasse d’Aigues-Mortes, les canistrelli, des croquants aux amandes et, pourquoi pas, une fine génoise tartinée de confiture et nappée de chocolat à la façon d’un Pim’s ».

En un an à peine, le périmètre Cours Ju’-Notre-Dame-du-Mont a accueilli un nombre impressionnant d’adresses transformant le quartier en laboratoire de la streetfood, LABC témoigne de cet engouement : – On revendique nos codes urbains, on veut insuffler un esprit dynamique et fun. On veut être fast dans la vie comme dans la food ». Le rêve de Camille est en marche.

LABC, 2, place Notre-Dame-du-Mont, Marseille 6e. Sandwiches 8 €, formules 11 et 14 €.

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Merci Pierre pour ces reportages souvent croustillants, toujours éclairants. Une remarque cependant, peut être rafraîchissante en cette période caniculaire : j’imagine que chaque ligne compte mais je pense que d’avantage de commentaires de ta part sur le cadre, la présence ou pas d’une terrasse ou d’un patio, le style de vaisselle et de la déco de table permettraient d’affiner le portrait pour une meilleure projection. Merci de continuer à nous régaler ; bien à toi, Nicolas

    • Bonjour Nicolas et merci pour tes encouragements. Ta remarque vise juste et j’essaierai d’être plus descriptif à l’avenir ; je pensais que les photos contribuaient à se faire une idée plus précise des adresses mais je me rends compte que ça ne suffit pas… On va tenter d’améliorer ça. Amitiés, Pierre