Magazine

Laurence Castelain : “L’individualisme est à la source de beaucoup de maux”

Laurence CastelainLa chocolaterie Castelain est une institution dans le Vaucluse qui fêtera l’an prochain ses 25 ans. Rejoint quelques années après 1995 par sa fille Laurence, Bernard Castelain vend son entreprise à deux cadres repreneurs. L’un aujourd’hui à la retraite et le deuxième, Lionel Dosne, est toujours en codirection depuis Paris avec Laurence qui, elle aussi, est restée aux commandes. Toujours en quête de nouveaux savoirs, Laurence se passionne pour les études et son curriculum vitae compte de nombreuses formations dans le tourisme, les langues, la gestion d’entreprise, le management, et même l’analyse sensorielle avec un diplôme obtenu il y a 4 ans. « Aujourd’hui je me demande ce que je vais faire de nouveau » s’amuse-t-elle. Débordante d’énergie, Laurence Castelain fuit la routine ; en charge de la recherche et du développement, elle crée avec son équipe les nouveaux packagings ainsi que les nouvelles gammes de chocolats : « Ça prend une bonne année avant de commercialiser le produit fini car il faut tester la recette, voir comment le produit réagit, sourcer la bonne matière première et s’assurer du volume ». Elle est aussi la cheville ouvrière du BtoC, du business au consommateur (soit 40% du chiffre d’affaires de l’entreprise) et du BtoB soit du business au revendeur qui sont des biocoops ou encore des épiceries fines. Aujourd’hui la chocolaterie compte quatre points de vente : Châteauneuf-du-Pape, Coustellet, Althen-des-Paluds et Andorre la vieille.

Chocolaterie Castelain ; route de Sorgues à Châteauneuf-du-Pape. Visites et infos points de vente au 04 90 83 54 71.

Le principal trait de votre caractère ?
C’est dur de parler de soi ! J’en ai un positif qui est la générosité et le négatif, c’est l’impatience.

Votre dernier livre et vos acteurs favoris ?
Cacao de Jorge Amado que je l’ai lu et relu, puis j’adore l’acteur britannique Anthony Hopkins.

Quel personnage historique auriez-vous aimé être ?
Je ne suis pas une groupie.

Qu’est-ce qu’il y a de plus à gauche et de plus à droite chez vous ?
A gauche mon oreille gauche et à droite mon oreille droite.

Que faut-il vite changer ?
L’individualisme car il est source de beaucoup de maux.

Avec qui pour aller au restaurant ?
Avec quelqu’un qui aime manger et boire un bon vin.

Votre plus grand rêve ?
C’est celui de ne plus en avoir.

Ce qui fait un bon chocolat ?
De bonnes matières premières comme un bon cacao, le savoir-faire technique et avoir du goût c’est-à-dire avoir la capacité d’associer les produits entre eux pour obtenir un bon chocolat.

Un voyage qui vous a particulièrement inspirée ?
Je suis partie avec un petit groupe, deux fois deux mois en Polynésie à Tuamotu. Je peux vous dire qu’à côté Koh-Lanta c’est de la gnognote. Nous étions seuls au monde et il fallait pêcher pour manger, on faisait tout nous-même.

Un endroit pour dire je t’aime ?
Il n’y a pas un endroit plus qu’un autre ; donc partout.

Quel est le moteur de votre vie ?
Mes trois filles.

Votre devise ?
Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Marie Riera / photos M.R.

Notez-le

Dîner à 6 mains chez Ippei Uemura En marge du salon Food’in Sud, le chef Ippei Uemura accueille deux chefs Japonnais de renommée internationnale et prépare une soirée haute en couleurs le 28 janvier. Tetsuro Akasaki (médaille d’argent de la coupe du monde Paul Bocuse de pâtisserie et entraîneur de l’équipe du Japon de pâtisserie), Yasuhiro Yoshida (chef exécutif de l’hôtel Marriott d’Osaka) et Ippei Uemura, hôte du dîner promettent “un voyage entre Japon et Provence, un voyage raffiné et gastronomique”. Le 28 janvier, 65, corniche Kennedy (7e arr.) ; infos au 04 91 22 09 33. Paf : 150 € par personne.