Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
8e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Le Petit Port, le style marseillais arrimé aux rochers

le Petit Port

Tout commence par un banal coup de fil, passé sans grand espoir, pour décrocher une table. A 19h45, un vendredi soir du mois d’août, il arrive que la chance sourie aux inconscients. Même si le Petit Port affiche salle comble, il y règne paradoxalement, un calme surprenant. Peut-être faut-il y voir la gentillesse du personnel en salle qui met de l’huile dans les rouages d’un service au final sans reproche ? L’ardoise passe de table en table, parfois posée sur une chaise, parfois à même le sol. Le registre reste et demeure marseillais. Des beignets de calamars, des panisses, une daurade rôtie au fenouil, un tartare de bœuf et des pâtes se succèdent avec une grande absente : la pizza qui a toujours été ici très convenable.

le Petit Port

Quelques supions sautés ail et persil et des beignets de fleurs de courgettes : rien n’est meilleur quand c’est partagé avec des amis chers. On remplit les verres d’un blanc estampillé « vin de table » dont on a tout oublié sinon qu’il est facturé 22 €, frais en bouche, plutôt floral avec de la rondeur et une finale assez tendue. Les conversations s’enflamment mais tout le monde est d’accord : cette adresse reste définitivement, avec son port-crique et sa vue sur la mer, dans le top 5 des plus belles de la ville.

Les linguine aux palourdes sont démoniaques, la version plus simple à l’ail-tomates-basilic se fait cousine de la recette au pistou. Le pain du burger d’espadon mi-cuit est surprenant de légèreté. Pas de repas à la pizzéria sans les fameuses profiteroles qui sont à l’adresse marseillaise ce que la sauce madère est au saucisson brioché. D’aucuns se demanderont pourquoi on force le trait à ce point sur la gentillesse du personnel ; à ceux-là on répondra qu’il n’y a plus de service nulle part et que ça pose un vrai problème au vu de l’inflation des tarifs des cartes et menus.

Alors faut-il réserver sa table au Petit Port ? Mais oui bien sûr car on s’y gare facilement et parce que le site est magique. Oui car toute l’équipe est vraiment cool et oui parce que les assiettes sont fraîches et copieuses. Oui parce que les goûts sont assumés et les assaisonnements tirés au cordeau. Oui parce que cette maison est tenue par des Marseillais et qu’aux Goudes ça devrait être obligatoire.

Le Petit Port, chemin des Goudes, Marseille 8e ; infos au 04 91 72 20 00. Carte 40-50 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.