Art de vivre

« Les chefs à Saint-Tropez fêtent les producteurs » revient en mode allégé

Les chefs à Saint-Tropez fêtent les producteurs

Les vendredi et samedi 28 et 29 mai prochain, le village de Saint-Tropez organise son premier rendez-vous « Les chefs à Saint-Tropez fêtent les producteurs ». Cette annonce fait suite à l’annonce d’une grande célébration, initialement prévue du 23 au 26 avril 2020, et qui avait dû être annulée pour cause de crise sanitaire et de confinement. « Les vrais chefs talentueux cuisinent avec savoir-faire, innovation et intelligence, des plats de saison avec des produits différents d’une campagne à l’autre… argumente Loïc de Saleneuve, éleveur, paysan et fromager installé à Colllobrières. Aux producteurs d’affirmer leurs talents et surtout de faire reconnaître leurs savoir-faire et leurs compétences ». Et cet ancien rugbyman converti aux vérités d’une agriculture respectueuse des bêtes et des hommes d’affirmer que « si des chefs parviennent aux sommets, ils le doivent principalement aux produits ».

Les chefs à Saint-Tropez fêtent les producteurs qui durera deux jours, on est loin des 4 jours initialement prévus avec la venue d’Eric Fréchon et autres mondains, vise à valoriser la richesse des produits varois, les producteurs et le terroir provençal. En dépit des difficultés, la ténacité de quelques-uns permettra malgré tout de valoriser le golfe de Saint-Tropez au travers de sa gastronomie, de ses chefs et producteurs. Ces deux jours auront aussi pour mission d’éduquer et transmettre aux jeunes générations, les valeurs de ces métiers et les savoir-faire. Mais aussi « créer de la relation humaine, de la bienveillance et de la curiosité, susciter des vocations sur l’ensemble des filières », comme le dit avec conviction Vincent Maillard, chef de Lily of the Valley.

Programme du vendredi 28 mai
• Ouverture du Marché du Vin
• Marché des producteurs sur la place des Lices en présence de chefs  cuisiniers (Eric Canino, Alessandro Pizza, Vincent Colbeau, Nicolas Canuti, Vincent Maillard et Stéphane Avelin)
• Pétanque entre amis producteurs / chefs / visiteurs, en fin de journée vers 17 heures

Programme du samedi 29 mai
• Marché du Vin
• Marché des producteurs sur la place des Lices en présence des cuisiniers (Laurent Bertoloto, Philipe Colinet, Arnaud Donckele, Pietro Volonte, Damien Cruchet et Armand Esbelin)
• Finale du concours de pétanque entre amis débuté la veille
• Fin de la manifestation sur la place des Lices et couvre-feu à 21 heures

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.